Comment rencontrer son futur mari en islam ?

Décidément la question du célibat fait couler beaucoup d’encre (et de larmes) parmi les sœurs et frères de la oumma. Vous êtes nombreux(ses) à nous confier votre désarroi et force est de constater que s’il est difficile de rencontrer la perle rare, il est en amont très compliqué de simplement rencontrer  son époux(se) potentiel(le) dans des conditions sereines et conformes aux prescriptions islamiques. Comme une sorte d’écho au billet de Samira (Recherche mari… mais pas à n’importe quel prix !), une Imanette a décidé de nous écrire son histoire. « Comment faire ? » Voici un douloureux appel du cœur de notre sœur fillah. Merci de vous poser quelques minutes pour y penser inchAllah…

Le jour  je suis redevenue célibataire…

Il y a maintenant 7 ans je me suis retrouvée seule du jour au lendemain, plaquée par mon mari pour une autre femme après 8 ans de mariage et 3 enfants en bas âge (et oui, ça n’arrive pas que dans les téléfilms de l’après-midi d’M6…..)

Bref, autant vous dire qu’à l’époque entre chercher du travail, finaliser mon divorce et subir en pleine face le nouveau bonheur conjugal de mon futur ex-mari, penser à me remarier était pour moi tout simplement impensable, d’ailleurs j’avais mis une grosse croix rouge sur les hommes…..

Et puis, avec le temps, une fois ma vie devenue plus sereine et calme, l’envie est venue, petit à petit, de me remarier inchAllah… après tout j’étais encore jeune ! Même pas 30 ans.

Comment rencontrer son futur mari ?

Etant convertie depuis mes 20 ans, et respectant scrupuleusement les règles de non-mixité, je me suis alors demandée  où et surtout comment j’allais pouvoir faire des rencontres.
En regardant autour de moi, je me rendis vite compte que mes amies avaient toutes connu leurs maris pendant leurs jeunes années, à la fac ou même au lycée. Trop tard pour moi !
Alors je me suis dis que peut-être à la mosquée je trouverais une sorte « d’agence de rencontre halal », mais rien du tout (quelle naïve j’étais !).

Donc un peu honteuse, je sollicitai des soeurs que je connaissais et en qui j’avais confiance mais ce fut  la douche froide : entre celles qui ne voulaient pas se « mouiller » au cas où ça tournerait mal ; celles qui étaient trop préoccupées par leur quotidien  et celles qui pensaient que j’étais mieux « sans mari sur le dos » je n’eus aucune opportunité, et toujours rien à ce jour.

Appel à ceux/celles qui sont mariés

Ce n’est que mon histoire mais je ne pense pas être la seule à subir ces difficultés, c’est pourquoi j’aimerais passer un message aux soeurs mariées. Dans le tumulte de votre quotidien vous avez sûrement oublié (ou peut-être pas connu, tant mieux pour vous) les difficultés qu’engendre le célibat notamment rester chaste et lutter contre les pensées impures quand on est abstinentes depuis plusieurs années (et oui j’ose le dire !) ; faire le travail de l’homme dans le foyer et à l’extérieur est loin d’être amusant aussi…

Pour ces raisons et d’autres encore, je vous demande de prendre 5 mn pour faire une liste des célibataires que vous connaissez, idem pour vos maris et ainsi organiser des mouqabalas respectant les règles de l’islam entre eux inchAllah.

Vous gagnerez des hassanets, aiderez vos sœurs/frères en Islam et vous leur éviterez peut-être l’humiliation de finir sur des pseudo-sites de rencontres pour musulmans comme un vulgaire produit de supermarché (qu’Allah nous en préserve).

Aujourd’hui j’ai 35 ans et ce célibat me fait énormément souffrir. Si c’est mon destin je l’accepte, mais j’aurais voulu me dire qu’au moins j’ai essayé. Allahouallem.

Merci de m’avoir lue <3

Une fidèle lectrice.