Ramadan est fini, et après ?

Juste après avoir quitté notre ami intime, notre motivateur spirituel, nous nous demandons déjà comment retrouver cette sérénité et ce bien-être qui nous ont enveloppés durant tout le mois. Et oui ! Même une fois que Ramadan s’en est allé, par les faveurs d’Allah azawajjal, il est possible de faire perdurer cet état de grâce.

Après la sortie festive de Ramadan, le mois de Chawal fait son entrée discrète :  il passerait presque inaperçu ! Et pourtant, ce mois revêt toute son importance car il est le reflet de la constance des objectifs, actes et résolutions que l’on a pu prendre durant Ramadhan. Qui, pétri de bonnes intentions quelques heures en arrière, n’a en effet jamais senti toute cette bonne volonté fondre comme neige au soleil sitôt annonce faite du départ de notre cher mois de jeûne ? Le Prophète (salaLlahu ‘alayhi wa salam) a ainsi dit : « Quand arrive le Ramadan, les portes de la Miséricorde s’ouvrent et les portes de l’Enfer se ferment, et les démons sont enchaînés. » (Abu Hurayrah). Oui… et cela signifie qu’à présent les shaytan sont libres et déterminés à rattraper le temps perdu.

Soyons donc fortes et conscientes des tentations de paresse et d’envies diverses qui vont nous assaillir et faisons en sorte au contraire de résister corps et âme face à nos désirs futiles.

Le premier conseil est tout d’abord de prendre des résolutions RÉALISABLES dans la durée. Il est inutile de vouloir faire toujours plus d’actes surérogatoires et finir par abandonner même ce qui est obligatoire au final. Chacun doit être conscient de ses limites et modérer ses ardeurs ! Un coup d’éclat puis le néant n’est pas une façon pertinente de mener sa vie spirituelle. Nous sommes dans un combat quotidien, un jihad intérieur, où régularité et qualité de nos actes pieux doivent rester notre priorité. L’islam est la religion de la modération « […] Dieu vous veut l’aisance et la facilité et ne vous veut pas de gène, […] » (Al-Baqarah, verset 185)

Cela n’est pas une ode au laisser-aller mais plutôt une réserve sur l’enthousiasme furtif qui s’essoufflera vite et n’apportera que peu de hassanetes. Privilégions par conséquent qualité et régularité et tachons de nous concurrencer dans les bonnes œuvres, sans en faire un objet d’ostentation. Le Prophète  salaLlahu ‘alayhi wa salam a dit : « Qui jeûne Ramadan, puis le fait suivre de six jours du mois de Chawal est comme celui qui a jeûné toute l’année. » (Muslim)

Alors une question…on commence quand ?