Comments (6)

salam aleikoum wa rahmatouLlah wa barakatouh.
Le racisme et le nationnalisme sont des choses de la jahiliya, c’est tout a fait haram en Islam.
Ce qui est triste, c’est que souvent lorsqu’un musulman pieux africain par exemple vient demander la main d’une femme arabe, souvent c’est le père qui s’oppose à l’union, même si la fille est d’accord, alors que le Prophète sallaLlahou aleyhi wa salam a ordonner de marier la fille à l’homme pieux lorsqu’il se présente. Parfois le père refuse même un homme si il n’est pas de la famille soubhanAllah.

Aussi il est normal de réprouver le fait que notre soeur sorte dévoilée ou portant un voile ne remplissant pas les conditions islamiques. Le Messager d’Allah nous a dit que si on voit une chose répréhensible qu’on la change par la main, si on ne peut pas qu’on la change par la langue, et si on ne peut pas qu’on la réprouve avec notre coeur, et c’est le minimum exigé par le foi.
Toutefois, même si la soeur n’est pas voilée on doit l’aimer en Allah car elle aime Allah.
A toutes mes soeurs, je vous aime en Allah.

Salam aleikoum wa rahmatouLlah wa barakatouh.

Salam alaykunna

c’est un très bon rappel sur les méfaits du nationalisme et du racisme qui a malheureusement lieu même entre musulmans. Mais ne jugeons pas trop vite les parents qui refusent que leur fille se marie avec une personne qui a une origine complétement différente. Il n’y a pas que la couleur de peau à prendre en compte mais également la culture. Nombre de couples mixtes, bien qu’étant pieux, battent de l’aile juste après le mariage en raison d’un fossé culturel trop grand, ou d’incompatibilités. Ce n’est pas du racisme que de le constater, car le problème n’est absolument pas la couleur de peau, mais l’éducation et la mentalité qui différent. On peut donc se mettre à la place des parents qui ont vu autour d’eux ces couples échouer et divorcer peu de temps après.
Et par ailleurs, il me semble qu’il faut condamner le comportement de certaines soeurs qui s’enfuyent de chez leurs parents pour se marier malgré leur désaccord.

Salam aleikoum wa rahmatouLlah wa barakatouh.

Ma soeur Sarah Louisa, je ne peux pas juger des parents à propos de l’accord qu’ils donnent à leur fille pour se marier, de nombreux paramètres entrent en compte.
Moi même j’ai fait un mariage « mixte », je suis française mariée avec un tunisien. Je met mixte entre guillements car je ne nous vois pas du tout comme un couple mixte, on est un couple musulman, ses coutumes et les miennes se limitent à l’Islam, d’après le Coran et la Sounna.
Franchement je ne vois pas de différence de moeurs entre nous, puisque nous sommes tous les deux attachés à la Sounna. On a un autre exemple de couple franco-tunisien dans la famille, et pareille ils sont vraiment sur la même ligne, et c’est Allah qui met l’affection dans les couples.
Je pense que c’est plus difficile si il y a des divergeances du point de vue religieux, par exemple si un des deux est plus pieux que l’autre, ou si un est attaché à la Sounna et l’autre la rejette complètement. Car celui qui n’est pas pieux risque de ne pas donner tous ses droit à l’autre conjoint, c’est là que les problèmes se posent à mon avis.
Après je ne connais pas de couples mixtes pieux qui se sont brisés à cause de ça, et ce n’est que mon point de vue, Allah ‘alem.

Aussi tu as tout à fait raison, il faut mettre en garde les soeurs qui se marient contre l’avis de leur parents, particulièrement de leur père, car le mariage sans l’accord du tuteur est nul et non avenu en Islam, il n’est pas valable d’après la shari’a.

Fi amaniLlah.
Salam aleikoum wa rahmatouLlah wa barakatouh.

Je suis d’accord avec toi Oum Amira. Lorsque la base du couple est le dîn, avec une même vision et un même objectif fi din, la culture ne peut avoir aucune influence car elle n’est presque pas prise en compte; la seule « culture » est celle de l’islam au sein d’un couple tourné vers le din, machaAllah.

Pour ce qui est de ton commentaire sur la décision du père quant au mariage de sa fille, permets-moi d’émettre un petit bémol. Dans la chari’a, lorsqu’il y a refus pour des raisons jugées « non valable », la fille peut faire appel à une autorité musulmane (qadi, juge musulman) et dans ce cas, l’autorité musulmane analyse la situation, et tranche. Si l’autorité musulmane juge que le père est en tort (c’est à dire qu’il a refusé le mariage pour une raison jugée non-valable islamiquement), alors c’est l’autorité musulmane qui prend la place du tuteur et qui marie la fille.
(quoiqu’il en soit comme tu l’as souligné, il ne peut pas y avoir de mariage sans tuteur, que le tuteur soit le père ou le qadi)

Al hamdulillah, en islam il ne peut pas y avoir d’injustice.

Subhanallah wa biihamdihi!

Salamalikoum, tout d’abord je tenais à vous remerciez pour ce merveilleux magazine dans lequel je pense toutes les femmes se retrouvent, musulmanes ou non. Pour ce qui est de l’article il reflète très bien la réalité malheureusement qu’Allah nous guide et qu’Il fasse des nouvelles générations les générations du retour à un islam pur débarrassé de toutes ces mauvaises traditions qui donnent une image si négative de ce qu’est réellement l’islam.

salam alaikoum sa fait quelques temps que je je look votre site il est super bien ma sha Allah est maleureusement la oumma est devenu n’importe quoi! qu’Allah nous guide ps: partager!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SCROLL TO TOP