Acheter sans intérêts désormais possible ? Zoom sur 570 easi

fév 10, 2012 Ecrit par 51
Depuis quelques temps, la finance islamique se « démocratise » et de beaux projets commencent à voir le jour. Et nous, les belles initiatives qui visent à faciliter la communauté, on aime ça chez Imane magazine ! Rencontre avec Nagiba Jemli, du groupe bancaire 570 easi.570 easi

Pouvez-vous nous présenter de manière simple, pour les non-initiés à la finance islamique, le groupe easi 570, ses actions, ses objectifs et le rôle que vous tenez au sein de l’organisation ?

Assalâmou ‘Alaykoum, 570 easi ou Groupe 570 est une équipe d’entrepreneurs français issus du monde de la finance, du marketing relationnel et spécialistes en montage de solutions financières shari’a compatibles. Forte d’une expérience certaine dans les plus grands groupes internationaux, notre équipe a également fait ses armes dans le monde associatif musulman. Anass PATEL et Amine NAIT-DAOUD en sont les co-fondateurs, de mon côté je suis en charge du service relation clientèle. Notre mission est d’apporter une réponse à la demande criante de la clientèle française pour des produits et des services financiers plus transparents, compatibles avec leurs convictions religieuses, et s’inspirant d’une certaine éthique. C’est ce qu’on a décidé d’appeler des « solutions easi, éthiques à sensibilité islamique ». Nous nous positionnons comme des facilitateurs entre d’une part ceux qui ont des projets, particuliers ou professionnels, d’autre part les institutionnels (banques, compagnies d’assurance, sociétés de gestion). Concrètement, les solutions que nous souhaitons apporter à nos clients français sont les suivantes : - pour les particuliers : solutions d’épargne, financements immobiliers, financements auto - pour les professionnels : solutions de placement, financements pour l’activité pro ou des locaux, financements pour des équipements (auto, machine, etc.) - pour les entrepreneurs et investisseurs : solutions d’investissement innovantes sans faire appel au crédit bancaire mais à des fonds d’investissement et des instruments islamiques comme les « sukuks ».

La finance easi est-elle réservée aux musulmans ?

Non, c’est une finance ouverte à toute personne sensible aux fondements éthiques de la démarche easi. Il n’existe aucune interdiction visant à défendre les non-musulmans d’avoir recours à des produits et services financiers easi.

Prenons l’exemple concret d’un particulier possédant un petit capital qui souhaite acquérir un bien immobilier sans avoir recours au crédit ribawi, quelles sont les solutions s’offrant à lui et quelles démarches doit-il entreprendre ?

Le fait d’avoir un apport ou non n’est pas déterminant pour l’accès à une solution de financement easi. Nous avons développé 2 solutions de financement immobilier easi : 570 IMMO Murabaha : remboursable sur 10 ans maximum et pour lequel nous avons annoncé le lancement effectif lors du Salon Internationale du Monde Musulman le 17 décembre dernier en partenariat avec la banque Chaabi Bank. 570 IMMO Mucharaka remboursable jusqu’à 25 ans, cette solution sera disponible dans quelques temps inchâ allâh nous y travaillons. Pour réaliser une étude d’éligibilité et une simulation c’est très simple, il suffit de nous contacter par mail à cette adresse : [email protected]

Pouvez-vous, encore une fois en prenant en compte notre méconnaissance du domaine, nous expliquer en quoi vos propositions ne sont pas un crédit ribawi « caché ou détourné» ?

Le fait que deux choses se ressemblent, ou que deux actions conduisent à un même résultat en apparence, n’implique en rien qu’elles soient de même nature ou, dans le cadre d’une analyse juridique islamique (fiqh), qu’elles aient le même statut. Ainsi, pour prendre un exemple concret, rien ne permet de différencier un steak provenant d’un animal abattu conformément au rite musulman d’un steak provenant d’un autre animal. Pourtant, si la consommation du premier est licite (halal) pour le musulman, celle du second ne l’est pas : le fait qu’ils aient la même apparence ou le même goût ne change rien à cette réalité. La Murabaha est un contrat de vente dans lequel le vendeur indique à l’acheteur le prix de revient de la marchandise qu’il lui propose et, par conséquent, le montant précis de sa marge bénéficiaire. C’est cette simple transaction, dont le caractère licite ne peut faire l’objet d’aucun doute, qui a été aujourd’hui aménagée pour être transformée en un mode de financement : l’individu qui désire faire l’acquisition d’un bien sans tomber dans le ribâ approche un établissement financier islamique et lui demande d’acheter le bien concerné pour le lui revendre ensuite avec une marge définie (le règlement étant effectué généralement de façon différée, suivant un échéancier convenu entre les deux parties).

Quels sont les projets en cours et quel est le calendrier prévu pour leur mise en place inchaAllah ?

Une fois le produit Immo Murabaha bien lancé, nous souhaitons proposer un produit d’épargne : Epargneo, qui permettra à tout un chacun de placer son argent de façon halal, soit par un capital déjà constitué soit grâce à des versements réguliers (de l’ordre d’une cinquantaine d’euros par mois). Pour la suite, nous restons sur notre feuille de route qui consiste à proposer des solutions accessibles à tous par le biais de notre gamme de produits : Immo, Leasing Pro, Auto et éventuellement Conso. Concernant les professionnels, il s’agit principalement de solutions sur mesure. Nous travaillons néanmoins sur quelques projets spécifiques tels que le financement des licences de taxi ou encore le financement des fonds de commerce. Pour les professionnels, une seule adresse : [email protected]

Merci pour ces éclaircissements et votre investissement dans ces projets plus qu’indispensables. Le mot de la fin vous revient.

Les choses avancent dans le bon sens grâce à Dieu, mais la finance islamique ne se développera à grande échelle qu’à la condition d’une synergie entre tous les acteurs complémentaires de fait. C’est pour cela que nous préconisons 3 grands axes d’action afin de permettre à cet écosystème naissant de donner des choses concrètes pour le grand public : - il faut plus de concurrence, plus d’acteurs sur le terrain. Un marché n’est dynamique que si vous avez une compétition entre les différents acteurs. - il faut sortir de l’image d’un marché de niche réservé à des spécialistes pour devenir un marché avec un potentiel de masse ouverte à tous les entrepreneurs, les PME et le grands groupes du monde de la finance, de la banque, de l’assurance et de la distribution. - il faut que le consommateur musulman se fasse plus visible, plus audible et plus exigeant.



51 Commentaires

  1. Youness
    mai 10, 2014

    Salam 3alaykom,

    Pour répondre à FIRAZ, ça se voie clairement que vous avez des « intérêts » avec 570 easi, d’après votre intervention et faire des marges monstrueuses est une énorme avancée !!!!!!! , notre religion est simple et incite à la solidarité et au soutien pour les gens qui ont en besoin, si ces prêts sont pour les gens aisés et avec des gains énormes, alors qui paye ? c’est le musulman modeste bien sûr, je ne dis pas cela pour que la banque vends le bien au même montant d’achat mais faire un gain modeste, car dans le sens contraire nous somme dans le capitalisme.

    Merci d’arrêter de prendre les gens pour des pigeons et utiliser la religion pour des fins lucratives.

    Salam

Vos reactions


9 + = quatorze