Célibataire ?… Super !!

Pas encore la bague au doigt ? Toujours pas mis le grappin sur un pauvre hère ? Pas eu l’occasion de passer la corde au cou d’une victime consentante ? Si vous n’avez pas encore goûté aux joies du mariage : cet article est fait pour vous !

Dans certaines familles, votre statut de « quasi pestiférée » si vous avez atteint l’âge canonique de 30 ans et que vous n’êtes pas encore mariée, peut faire des réunions de famille le théâtre de scènes dignes d’une tragédie.

Acte 1, scène 1 : khalti arrive et, en criant murmurant à l’oreille de notre maman elle interroge en nous désignant d’un jeté de menton « Alors…la petite ?? », un peu comme si on parlait d’une malade en phase terminale.

Acte 2 scène 2 : soupirs de lamentation, triste dénégation de la tête et trémolos dans la voix de oummi « non, walou »

Acte 3 scène 3 : à grand renfort de moue compatissante associée à  l’œil larmoyant « Elle en attrapera un dans ses filets inchAllah… »

Ben après ça oukhti, on n’a presque envie d’applaudir la prestation !

Non mais c’est vrai quoi, pourquoi voir toujours le mauvais côté du célibat ? L’image de la « célibattue » est officiellement obsolète ! On est des femmes fortes, éduquées, autonomes et capables de faire une quantité de choses. Et cette vie trépidante est ponctuée de multiples activités enrichissantes spirituellement, intellectuellement et physiquement que l’on ne pourra certainement pas toutes mener de front une fois en couple.

Alors être célibataire, c’est sympa parce-que…

•      on peut se recentrer sur soi-même

•       on peut passer plus de temps pour améliorer sa pratique religieuse, enrichir ses connaissances, lire, penser, etc.

•       on peut penser plus à soi sans les responsabilités qu’engendre une vie de famille !

•       on peut encore rêver au Prince Charmant… car le réveil peut s’avérer douloureux !

•       on peut consacrer du temps aux copines

•       on n’a pas à choisir un côté du lit

•       on est maitresse de son programme tv et on n’a pas à abandonner un super documentaire contre un match de foot

•       on n’a pas à paraitre de bonne humeur le matin

•       on gère nos menus et on n’aura pas une moue dédaigneuse devant la salade composée, le steak de soja sur lit de quinoa et la soupe de fraise au basilic dans notre vaisselle so girly !

 « Bon en vrai, il est ou le repas ?

–          Mais… C’EST le repas

–          C’est pas de la nourriture, c’est une dinette ca !

–          Toi, de toute façon sorti du rôti de viande farci à la viande sur lit de viande…

–          Mais c’est parce-que je ne broute pas Môdame, je mange moi !

–          Etc. »

•       on n’a pas pris le petit « coup de vieux » que nous assène le titre de « madame »

•       on est encore la fifille chérie à son papa et sa maman !

•       l’accomplissement personnel ne passe pas que par un homme

•       mieux vaut être seule que mal accompagnée !

Et puis, faut arrêter avec ces limites d’âge ! On n’est pas des yaourts que je sache et donc on n’a pas de date de péremption. Seule ou en couple ; mariée à 18 ans ou à 40 ; l’important c’est quand même d’être heureuse et bien dans sa peau !

Alors oui, nous savons l’importance du mariage et de la maternité dans notre vie et pour notre foi, mais est-il nécessaire de transformer ce qui doit être un bonheur partagé en course contre la montre ? La confiance en Allah passe aussi par l’apprentissage de la vertu de la patience et l’acceptation de notre destinée.

Mes sœurs fillah, je vous souhaite tout le bonheur possible dans ce bas-monde et surtout au-delà… Que le Généreux vous accorde un mari doux et pieux et une ribambelle de mini muslim aimants !