Ces bonnes mauvaises herbes

« Qu’est-ce donc qu’une mauvaise herbe, sinon une plante dont on n’a pas encore découvert les vertus ?  » (Emerson Ralph Waldo)

Elles sont partout dans les bois et jardins, on les arrache, on les trouve laides et pour s’en débarrasser certains jardiniers vont jusqu’à polluer leur sol en mettant des produits chimiques. Il s’agit de ce que l’on nomme (à tort) les mauvaises herbes. Mais ces plantes cachent bien des secrets car non seulement elles sont indispensables à l’équilibre du jardin mais en plus, utilisées en décoction, tisane ou cataplasme elles se révèlent être de vraies alliées-santé grâce à leurs vertus thérapeutiques. Petit tour d’horizon de ces bonnes mauvaises herbes…

Ces bonnes mauvaises herbes

Le pissenlit

Cette fleur « à souffler » au printemps, et jaune en été, vous voyez ?
Et bien ses feuilles sont très riches en calcium, magnésium et en fer, ainsi qu’en vitamines A, B, C, D et K. Mais ce n’est pas tout, étant donné qu’il est bourré en fibres, il permet de lutter contre la constipation. Pour accentuer son efficacité il est recommandé d’ailleurs de manger les feuilles de pissenlits crues.
En effet, la première manière de consommer les feuilles de pissenlit est de leur réserver une place dans vos salades printanières ; amères, elles donneront à votre foie une petite cure de printemps. Elles sont un diurétique très efficace qui fera baisser la tension artérielle et soulagera les rhumatismes. Elles stimulent la vésicule biliaire. Et contrairement à d’autres diurétiques qui provoquent des carences en potassium, le pissenlit en contient tellement qu’il en redonne à l’organisme. N’hésitez pas à en cueillir une bonne quantité car les feuilles du pissenlit peuvent également être séchées et consommées en infusion plus tard, au cours de l’année.

Recette de tisane détox : (idéale après un repas lourd)
Mélangez dans 250ml d’eau froide, 1 cuillère à soupe de pissenlit, de romarin, de queue de cerises séchées et le jus d’un citron. Faites bouillir et laissez infuser. Buvez cette tisane plusieurs fois au cours de la journée.

L’ortie

Nous nous rappelons tous cette petite plante qui pique, pour être sans doute un jour tombé dedans et avoir subit ainsi plusieurs heures de grattage intensif ^^.
Toutes les parties de l’ortie (semences, feuilles, fleurs, tige, racines) ont des vertus médicinales (riche en fer, silicium, calcium, chlore, magnésium, manganèse, potassium, soufre et zinc).
Reconstituante et dépurative, elle facilite le drainage des toxines et soulage les rhumatismes. L’ortie s’avère aussi efficace dans les cas d’anémie et d’artériosclérose. On l’utilise pour traiter les entorses, les élongations musculaires, la sciatique, les hémorroïdes et l’acné. Elle est reconnue pour combattre l’asthme, le rhume des foins et les allergies. L’ortie s’utilise sous plusieurs formes :

Décoction : Faire bouillir 10 mn une poignée de racines coupées dans 1l d’eau . Filtrer. Boire en deux jours.

Feuilles fraîches : Envelopper dans un gant et appliquer 30 secondes sur la partie douloureuse (douleurs arthriques)

Infusion : Infuser 5 g de feuilles et fleurs séchées 15 mn dans 150 ml d’eau bouillante. Filtrer. Boire 3 fois par jour (rhumatismes, problèmes diurétiques) ou appliquer sur la peau avec un coton imbibé (eczéma, acné, herpès, plaies).

Informations recueillies sur www.terrevivante.org

  • reply chamsaya ,

    des tas de mauvaises herbes selon beaucoup qui sur nos tables font un malheur et sont pleines de vertus, la mauve, le pourpier etc..
    merci pour l’article

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Send this to a friend