Espoir au bout du couloir scolaire !

Article écrit par Ferdaws

Assalem Aleykoum,

Après avoir lu le témoignage de Manal « Ma rentrée scolaire avec mon hijeb », j’ai voulu vous rappeler, mes chères sœurs, que conformément à la parole d’Allah :

« Après la difficulté il y a certes une facilité ! » (Sourate Ash-Shar, versets 5 et 6)

Et oui, après les années collège-lycée à jouer au chat et à la souris avec les CPE et les surveillants qui vous tombent dessus comme des vautours si vous avez le malheur de passer le portail avec cet horrible objet de délit qu’est le hijab, viennent les années fac ou grandes écoles.

Je ne suis pas en train de dire que les études supérieures sont faciles, loin de moi cette idée !! Non, non je suis juste venue rassurer mes petites sœurs : à la fac et dans les grandes écoles (écoles de commerce, d’ingénieur,….) vous êtes liiiiiiibres de vous habiller comme vous voulez !! Il est même possible que la méchante CPE vous manque puisque vous n’aurez plus personne avec qui batailler pour garder votre hijab !

Et je parle d’expérience! En effet, après avoir eu mon bac, j’ai fait deux années de classes prépa. C’était dans les locaux du lycée donc la fameuse loi sur la laïcité devait être appliquée et je n’avais pas le droit garder mon hijab. Après ces deux ans, j’ai fini par entrer en école d’ingénieur alhamdoulillah. Je savais qu’en principe, je pourrai garder mon hijab mais j’ai quand même eu cette (petite) appréhension le jour de la rentrée « Et s’ils me demandaient de l’enlever devant tout le monde? Et s’ils me mettaient des mauvaises notes exprès ?… » Bref, je m’en suis remise à Dieu, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis allée en salle de classe.

Et là, surpriiiise !!! J’aperçois quatre autres « hijabistes » (qui n’étaient malheureusement pas dans la même filière que moi) et je découvre que du fait de l’ouverture à l’international de cette école, de nombreuses hijabistes (et aussi des chinois, sénégalais, camerounais, mais bon c’est pas important) étaient déjà passées sur ses bancs. Je m’attendais au moins à des remarques ou à des mauvais regards de la part des professeurs et/ou des élèves mais non, rien de tout cela ! Bien au contraire, ils étaient tous souriants et à la chaîne d’inscription, on m’a même prise en photo pour le trombinoscope avec mon hijab noir (Oh My God!). J’ai aussi eu le plaisir de découvrir plein de professeurs arabes (y en a même un qui m’a tenu la porte en me disant « tfadhli benti »= »après toi ma fille »). La seule personne qui a eu le culot de faire une remarque a été l’infirmière: « Les photos d’identité, c’est tête nue normalement », que j’ai bien vite remise en place (poliment quand même!):  » Oui, mais là, c’est pas des photos officielles « . J’ai ignoré son regard haineux et, tout sourire, je suis allée découvrir les couloirs et les amphis de cette école qui sera la mienne pendant encore trois ans.

Tout ceci, les sœurs, pour vous dire qu’inchaAllah après le Bac, si vous voulez continuer/reprendre les études, vous pourrez porter ce que vous voulez (sauf peut-être le niqab…).

Et rappelons-nous qu’en tant que hijabiste/jilbabiste, on se doit de donner le bon exemple, et donc ne pas être la cancre du fond de la classe qui balance des boulettes de gomme sur ses petits camarades !