Le couple, une miséricorde au quotidien

Bismillah Ar-Rahman Ar-Rahim

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux.

Ainsi commence chaque sourate (exceptée une) du Saint Coran, mais aussi chacune de nos actions, chacun de nos discours, chacun de nos écrits, etc. Cette « miséricorde » n’est pas un mot anodin seriné sans fondement : cela doit faire partie intégrante de nous et de notre jihad (effort) quotidien.

Le couple, une miséricorde au quotidien

Absolution, charité, clémence, grâce, pitié : de pieux mots pour décrire cette noble qualité qu’est la miséricorde.

Face à ton mari il est parfois difficile d’appliquer cette indulgence. Toutefois, une question à se poser avant de juger inexcusable l’époux coupable d’une faute, et de céder ainsi à la rancœur est : suis-je parfaite ? N’ai-je jamais commis – en parole, pensée ou acte – quelque chose de mal et n’ai-je pas souhaité que ma moitié l’oublie et l’efface de sa mémoire ? On est souvent plus intransigeant avec l’autre qu’avec soi-même. Pourtant, notre Messager (salaLlahu ‘alayhi wa salam)  nous l’a clairement stipulé : Celui qui n’est pas miséricordieux envers les gens, Allah ne sera pas miséricordieux envers lui. [Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim]. Chaque jour tu demandes à Allah de t’accorder son pardon face aux pêchés – plus ou moins grands – que tu perpètres, mais de ton coté tu ne serais pas dotée d’un cœur assez doux pour excuser les erreurs de celui qui partage ta vie et ton intimité ?

Le mariage n’est certes pas qu’une éternelle succession de bons moments, de détente, de rires, et de pure joie. Comme dans toute relation avec un être humain, il y a parfois des tensions, de la lassitude, des blessures et des déceptions. Vivre à deux c’est ainsi savoir parfois étouffer son orgueil, tordre le coup à sa colère et éduquer sa nafs (ego/âme) en faisant preuve d’un caractère bienveillant et magnanime.

N’oublions pas par ailleurs le statut particulier de l’époux et tout ce qu’il nous procure jour après jour par la grâce d’Allah – du niveau le plus matériel au niveau le plus spirituel.

Ne négligeons pas non plus l’importance capitale que revêt une union. Le mariage représente la moitié de ta religion, comment serait-il possible de vivre cette alliance physique et cultuelle en toute quiétude sans faire appel à la mansuétude ? La foi d’un couple ne peut être partagée et ne peut croitre en toute symbiose que si l’on vit ensemble en paix et que l’on sait pardonner, faire des concessions, être conciliants, être compréhensifs, consoler, etc. : en un mot, « aimer ».

Et parmi ses signes il a créé de vous, pour vous des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et il a mis entre vous affection et bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. [Sourate Ar-Rum, verset 21]