Le mérite de la frugalité

« Une des visées du jeûne du mois de Ramadhan est justement de se libérer de ses besoins terrestres et de retrouver le contrôle de soi, de son cœur, de ses envies. Malgré cela, dès le coucher du soleil, certains musulmans laissent libre cours à leur démesure épicurienne.»
(citation tirée du site al-wassat.com)

Frugal : «Qui est simple et peu abondant, en parlant de nourriture. Ex : Un repas frugal»

Un repas frugal ? Et si lors de ce mois béni nous nous préparions -entre autre- non pas au jeûne   mais au repas qui nous attend chaque soir ?

Ah ah ! J’en vois saliver d’ici ! Non, non ! Je ne vais pas vous dévoiler les succulentes recettes de famille qui ornent la table chaque soir – quoique…

Lorsqu’on n’a rien mangé de toute la journée, de vous à moi, pas besoin d’artifices pour nous ouvrir l’appétit !

Ce que je veux dire par là c’est que se comporter de manière simple et peu abondante pendant notre jeûne est tout ce à quoi on aspire, mais qu’en est-il une fois le soleil couché ?

C’est une suite logique à  la journée d’abstinence qui s’est déroulée, car passer d’une journée à jeun à une soirée où la table déborde regorge de mets à ne plus savoir quoi en faire, il y a un décalage surréaliste. En général on fait une généreuse sadaqa au … réfrigérateur !

Je vois déjà l’Association des j’ai-jeuné-toute-la-journée-j’ai-le-droit-de-manger-comme-je-le-souhaite-le-soir- faire une manifestation en bas de chez Imane magazine ^^ !! Alors je m’explique de suite pour qu’il n’y ai pas de quiproquo : il est tout à fait possible de se régaler tout en restant simple.

Jeûner veut également dire savoir s’alimenter le plus équilibré possible. Ainsi, une des vertus de la frugalité est que l’on obtient un corps sain et donc apte à prier et veiller en acte d’adoration.

Vous êtes vous déjà posé la question du mérite qu’il y a une fois l’iftar annoncé à prolonger cet état de pureté interne qui nous gagne au fil des jours ?  Le prolonger en limitant les excès par exemple…

Alors EXIT les «y en aura pas assez» et «toujours plus» sur la table !

Le mois de ramadan nous éduque jour après jour mais également nuit après nuit. Ne l’oublions pas.

Est-ce vraiment sain pour notre corps de le priver de nourriture et d’eau toute une journée pour le gaver une fois l’heure du maghreb arrivée ? (désolée du terme mais soyons réalistes et honnêtes envers nous même.). Nous ne sommes pas en vue de devenir les prochains foies gras de noël…Nous avons toutes le même souhait : la satisfaction d’Allah.

Et comment satisfaire ton Seigneur ? En passant les ¾ de ta journée dans la cuisine ? En innovant chaque jour sur la table ?

Et pourtant, c’est une cuisinière avertie qui vous parle ! Alors oui, on a le droit de vouloir faire plaisir à travers nos plats mais pourquoi ne pas également éduquer par ce pouvoir qui est entre nos mains de cuisinière ?

Se nourrir à souhait le soir n’est pas un droit…mais bien un luxe notamment pour nos frères et sœurs qui souffrent actuellement sur  la corne africaine…

Pour atteindre le seuil de l’excellence que l’on recherche toutes et qu’on frôlerait presque lors de ce mois bercé par la rahma d’Allah, il est important de s’éloigner non pas de la surconsommation que génère le commerce autour du ramadhan (c’est une évidence) mais de se familiariser avec une consommation utile et simple.

Le prophète salallahou ‘alayhi wa salam ne se remplissait jamais le ventre, il faisait partie des gens connaissant la faim et il a d’ailleurs mis en garde contre l’excès de nourriture :

« Le fils d’Adam n’aurait jamais rempli un récipient pire que son ventre. Quelques bouchées lui suffisent pour se tenir en forme, s’il en veut plus, qu’il réserve alors un tiers de son estomac pour sa nourriture, un tiers pour sa boisson et un tiers pour son souffle » (At Tirmidhi)

Goûter à la faim, et ne pas commettre d’excès en nourriture  c’est donc suivre sa sunnah !

Vous êtes le premier exemple dans le foyer à faire passer le message : fermer les yeux sur ce monde et ouvrez les yeux de votre cœur sur celui qui nous est promis inchaAllah…cela ne vaut-il pas tous les sacrifices ?

Crédit photo