Lettre de convertie : « Ma maman, mon papa… »

SONY DSC

Ma Maman, Mon Papa,

Je voulais vous raconter une petite histoire. L’histoire de ma vie.

Parce que la plume est plus facile que la langue, je vous écris ces quelques lignes. 

Voilà 22 ans que vous m’avez mise au monde. 22 ans que vous prenez soin de moi et me soutenez dans mes projets. Vous avez tout fait pour moi et je ne vous en serai jamais assez reconnaissante.

Seulement voilà, un tabou existe entre nous et je me dois de crever l’abcès car je ne supporte plus de vivre cachée et d’avoir à vous mentir sans cesse. Vous ne le méritez pas. 

C’est en mars 2011 que j’ai décidé d’embrasser la religion qu’est l’Islam. Pourtant, ce n’était pas moi. J’en étais même très loin. Oui, l’islam je le côtoyais à travers mon entourage mais ce n’était pas ma religion, c’était la leur et basta. Ça n’a jamais été un critère de distinction entre nous, on était copines et c’est tout.

Mais je m’y suis intéressée par curiosité et envie de découverte, juste comme ça pour savoir pourquoi ils jeûnaient, pourquoi ils croyaient en ci ou en ça. Puis plus je posais des questions plus d’autres questions me gênaient. Et petit à petit, à travers des recherches personnelles, j’ai commencé à m’y intéresser de plus en plus jusqu’à ce que je devienne convaincue de sa véracité.

Je ne l’ai ni fait pour appartenir à un groupe, ni par effet de mode, ni même pour un garçon. Je l’ai fait parce que c’était en fait ce à quoi j’aspirais.

En vérité, c’est ce à quoi on aspire tous. Malheureusement ce que l’on veut bien nous montrer de cette religion et ce qu’elle est véritablement sont bien opposés. On aspire tous à vivre en harmonie avec autrui, noirs, blancs ou jaunes, petits ou grand, gros ou maigres, croyants ou non, vieux ou jeunes. On aspire tous à être généreux envers ceux qui n’ont rien. On aspire tous à un mariage heureux, dans le respect et l’harmonie du couple, le bonheur des enfants. On aspire tous à un monde meilleur que celui dans lequel nous vivons.

Moi, ce monde là, je l’ai trouvé dans ma religion. Cette religion qui m’impose un bon comportement envers mes parents, envers les autres musulmans, envers les gens qui ne le sont pas, envers les personnes âgées, envers les malades. Cette religion qui m’impose de partager ma richesse avec ceux qui en ont plus besoin que moi, sans toutefois renoncer à mes besoins. Cette religion qui donne un sens à ma vie et m’épanouit de jour en jour.

Je vous assure, le djihad, la soumission de la femme, le terrorisme, le banditisme, la tyrannie des gouverneurs. Tout ça n’a rien d’islamique. C’est même contre les valeurs de l’islam et il vous suffit de lire n’importe quel livre pour le comprendre. N’importe quel musulman pourra démentir chacun de ces actes atroces.

Le djihad ? Le terrorisme ? « Le meurtre d’un seul homme est pareil au meurtre de toute l’humanité. »

La soumission de la femme ? « Le meilleur d’entre vous est celui qui se comporte le mieux avec son épouse »

Le banditisme et la tyrannie ? « Le meilleur d’entre vous est celui qui a le meilleur comportement »

Bref, j’ai trouvé ma voie ! On pourrait dire : oui mais tu n’as pas besoin d’une religion pour savoir que tout ça est mal et pour savoir comment vivre de manière convenable. Et bien si, car aujourd’hui nos passions dépassent notre raison.

Nous sommes devenus égoïstes et avares et la religion condamne tout cela.

Nous sommes devenus méchants, jaloux, médisants, rancuniers alors que l’islam dit : « Vous ne serez pas de véritables croyants tant que vous n’aimerez pas pour votre frère ce que vous aimez pour vous-mêmes ».

 

Ce sont de belles valeurs auxquelles nous avons besoin de nous rattacher.

Puis petit à petit l’oiseau fait son nid. J’ai bien entendu commencé la prière dès ma conversion. Oui, voilà trois ans que je me cache pour prier. Pourtant je ne vois aucun mal à prier et demander à Dieu ce que je désire. Y a-t-il un mal ?

Puis le mois de Ramadan arrivé, j’ai jeûné et ça m’a fait du bien. On apprend à se priver de nos passions, de notre mauvais comportement pour purifier non seulement notre corps mais aussi nos esprits. Jeûner ce n’est pas juste s’abstenir de manger et de boire du lever jusqu’au coucher du soleil pour le plaisir de souffrir. Non, jeûner c’est revenir aux valeurs de l’islam qu’on aurait délaissées durant l’année. Jeûner c’est se priver pour se rendre compte de ce qu’on a, et connaitre peut être un millième de ce que vivent certains peuples démunis. Jeûner c’est rendre visite aux malades, faire de bonne œuvres, entretenir les liens de parenté.

 

Puis un an plus tard, après de nombreuses lectures, de nombreuses remises en question, un bonheur inexplicable, j’ai évolué dans ma religion. Je ne croyais pas simplement en Dieu et me levais à 5h du matin pour m’agenouiller au sol. Je vivais une vraie relation avec Dieu, je me sentais facilitée dans mes projets, j’étais teeeeellement bien ! Malgré une mésentente avec mes parents sur le sujet, j’étais parfaitement bien spirituellement.

M’est venu l’envie de me couvrir. Alors se couvrir…. Qu’est ce que c’est ? Et Pourquoi ?

Se couvrir ce n’est pas mettre un bout de tissu sur la tête et sortir dans la rue pour être cataloguée ou se revendiquer musulmane. NON !! La pudeur en islam c’est tout un comportement. Un comportement de discrétion. On ne place pas un mur entre nous et les gens, on essaye simplement de se faire discrète en passant par notre façon de nous exprimer et jusqu’à notre façon de nous vêtir.

« Mais me voiler ? Comment je ferai, je ne veux pas faire souffrir mes parents. J’attendrai d’être mariée. Oui mais qui sait ce qui pourrait se passer entre temps ? J’attendrai d’avoir une voiture, comme ça je pourrai me cacher dedans… Oui mais, qui sait ce qui pourrait se passer entre temps ? Non, je ne peux pas attendre, j’en ai terriblement envie, non pas pour les gens mais pour moi ! Parce que maintenant ÇA c’est précisément moi et ce que je veux être ! »

Alors je l’ai mis en cachette tout d’abord dans la rue avant de prendre le bus. Puis dans ma voiture une fois achetée. Ce n’était pas évident de m’arrêter à chaque coin de rue pour finir de me vêtir. Mais, c’était mieux pour vous et mieux pour moi.

Aujourd’hui en fait, je ne suis pas convaincue que c’était mieux pour  nous. J’aurais dû vous faire partager cette étape de ma vie, cette étape magnifique qui fait de moi la femme que je suis.

 

De plus, je sais que vous m’avez déjà vu plusieurs fois ; mais nous nous sommes terrés dans le déni. C’était plus facile pour tout le monde…

Aujourd’hui, je ne veux plus me cacher, je veux m’affirmer car c’est un choix et je ne devrais pas en avoir honte.

Aujourd’hui j’ai une seule crainte. Je ne crains pas de rater ma vie, je ne crains pas d’être battue, je ne crains pas d’être engrainée dans des plans dangereux. J’ai trouvé l’homme qui me rend heureuse, sa famille est juste parfaite avec moi. Je vis extrêmement bien !

Aujourd’hui ma seule crainte est de vous perdre. Car je n’ai pas changé. J’ai pris mes distances et je le reconnais car je sais que ma religion pose problème et ça me fait mal de ne pas en partager un bout avec vous. Ca me fait mal de ne pas être entièrement MOI devant vous.

J’aurai dû vous faire part de tout ça lorsque je vivais encore avec vous. Ca aurait été difficile mais ça n’aurait pas été aussi difficile qu’à plusieurs dizaines de kilomètres.

Sachez que je suis et resterai toujours votre fille. Ma porte vous est grande ouverte n’importe quand ! J’espère que la vôtre le restera malgré tout. Vous êtes très chers à mon cœur et j’aimerais vous le montrer, sans pour autant avoir besoin de me cacher.

Je vous aime plus que tout bien que je ne le montre pas, nous ne sommes malheureusement pas vraiment expressifs il faut dire.

J’espère que cette lettre ne sera pas trop maladroite. Mon but est de rattraper le temps perdu et de vous montrer que je suis restée la même !

Je n’aurais pas pu vous dire tout cela de vive voix car je crains que le débat ne soit pas possible et j’ai besoin que vous connaissiez le cheminement que j’ai fait. J’ai besoin que vous me redécouvriez.

J’espère à travers cette lettre pouvoir reconquérir la relation que nous avions, et pouvoir l’améliorer. J’espère pouvoir crever l’abcès et vous montrer pourquoi je crois en l’islam et pourquoi j’y suis attachée, en démentant tout ce qu’on peut en raconter.

J’ai besoin que vous m’acceptiez telle que je suis, car, je suis toujours la même, avec un brin de mieux !

Je vous aime

Céline

> Découvrez la réponse des parents de Céline.

  • reply salam ,

    MashaAllah magnifique texte

    • reply umm ibraheem ,

      maashaaAllah tres belle lettre
      allahumma baarik tu as eu le courrage de leur ecrire.
      jespere pouvoir agir avec autant de sagesse que toi ma soeur maashaaAllah <3
      oui le djihaah fait parti de lislaam
      djihaad contre nos nafs
      mais il y aussi le djihaad physique aussi mais sous conditions avc des regles , et avec respect de droits envers tout le monde
      et pas nimporte comment comme ses khawaarij
      Qu Allah nous preserve tous de leur mal!

      • reply Imane ,

        Cette histoire cest ma vie… Dieu est grand!

        • reply Imane ,

          C’est exactement la lettre que j’aurai pu écrire il y a 6 ans… même parcours au même âge… soubranAllah! Que Dieu te facilite inchallah

          Laisser un commentaire

          CADEAU DE BIENVENUE
          Recevez GRATUITEMENT votre magazine numérique "Bonjour Nouvelle Vie"

          x

          Send this to a friend