Il n’a pas la bonne couleur…

Disons qu’elle s’appelle Sarah… En écho à un précédent article, dans ces quelques lignes notre jeune soeur nous livre son témoignage concernant le poids des préjugés et du racisme qui sévissent malheureusement dans une partie de la oumma.

noir et blanc

J’ai 20 ans et cela va faire 2 ans que je fréquente un jeune homme de 22 ans. Nous nous sommes rencontrer à l’école par hasard. Au début ce fut juste une relation amicale. Cela a vite changé mais les choses étaient claires : nous ne nous voyons pas dehors, notre relation se traduit par des appels téléphoniques et des SMS.
Quand il m’a avoué qu’il avait des sentiments pour moi, cela m’avait choquée, il voulait que je devienne « la mère de ses enfants ».

Vous voyez c’est quelqu’un qui tient à son Din. Quand je le vois, je vois un jeune homme attaché à son Créateur. Au début on ne se parlait pas, je voulais garder les limites avant qu’il ne vienne parler à mon père. Un jour, je confesse à ma mère que je veux me marier avec quelqu’un. Elle était heureuse, vraiment, je voyais son sourire… Elle m’a ensuite dit que le garçon devrait venir à mon père pour analyser s’il était convenable. Je lui ai dit qu’il connaissait tout le Coran, là elle en avait les larmes aux yeux… Le soir venu, elle en parla à mon père. Celui-ci lui dit que si le garçon était bien, il était prêt à le rencontrer…

Quelques jours après, ma maman me demande l’origine du garçon ? Je lui répond sans hésiter que c’est un Nigérien. Là ce fut une bombe lâchée en pleine mer. Voilà arrivés les cris, les pleurs… Qu’est ce qu’il y a de problématique dans le fait que c’est un noir et que je suis une arabe ?? Mes parents le refusent parce qu’il n’a pas la bonne couleur. Il y a quelques mois de cela mes parents, voyant que je tenais à lui, ont essayé de me marier avec quelqu’un de notre famille. Cela m’a fait très mal, je croyais être proche de mes parents. Mes parents sont croyants et pratiquants, je me demande pourquoi est-ce qu’il réagissent comme à l’époque d’avant l’Islam ? Mais Al Hamdoulillah, Allah a entendu mes invocations et mes parents ont oublié cette union que je ne voulais pas. Je continue à les aimer plus que tout au monde et je continue à faire mes invocations pour qu’Allah Le Très Haut nous aide à sortir de cette impasse. « Mon Nigérien » et moi sommes restés soudés avec ces épreuves. Je ne me vois pas mariée avec quelqu’un d’autre que lui. Ce que je ressens pour lui c’est au-delà de l’amour, c’est une question de foi. Il y a des moments où on se sent mal de se parler, c’est comme si on « halalisait » quelque chose de haram …

Cela m’a fait du bien d’écrire un peu de ma blessure.

Notre soeur est dans une situation inconfortable et est en souffrance. N’hésitez pas à lui laisser des commentaires. Elle en sera très certainement touchée.