Une journée au cœur des plantes aromatiques et médicinales

Paysage vallonné, camaïeu de verts, forêts de châtaigniers et conifères, ciel bleu azur, pollution zéro, villages médiévaux, marchés de produits locaux… Bienvenue dans le Limousin ! A l’occasion d’un séjour en Corrèze, j’ai eu la chance immense de rencontrer un couple au parcours atypique, Dominique et Hendrijke, spécialistes de la cueillette sauvage et producteurs de plantes aromatiques et médicinales en agriculture biologique. Petit récit en images d’une aventure aussi enrichissante qu’inoubliable…

    En route vers Saint-Yrieix-le-Déjalat en Corrèze

Un joli chalet  au milieu d’un jardin… celui de Dominique et Hendrikje. Décoration boisée et minimaliste, fleurant bon les infusions de plantes

 Après une bonne nuit de sommeil sous la tente, je me réveille dans un jardin qui sent bon le matin frais, à l’ambiance mystérieuse, des fleurs, des plantes… Des étiquettes… Bienvenue au Jardin du Centaure.

 

Sous la pergola, des petits bancs en pierre et une dégustation d’infusions de fleurs et de plantes n’attendent que nous pour bien démarrer cette journée de formation

Au bord de la route, nous apprenons l’art de la cueillette sauvage et admirons les petites maisons de pierre accrochées au flanc de la vallée baignée de soleil et bordée de prés. Dominique nous apprend à reconnaître les familles des plantes en fonction de leur forme, nous explique comment cueillir l’ortie sans se piquer et comment cette petite plante peut vous sauver la vie si un jour vous n’aviez plus rien à manger ! En effet, elle est très riche en protéines, contient des sels minéraux (calcium, magnésium, phosphore, potassium et fer), des oligo-éléments et des vitamines (A, C, B, E, K). Il faut donc simplement la cueillir délicatement par en dessous (si vous la surprenez, elle va vous piquer !), puis la plier sur elle-même plusieurs fois et la mâcher. En cuisine, elle est excellente sous forme de soupe.

 

Surprise, une dégustation de fleurs approche à grands pas !

Goût d’huître, de curry, sucré, acide, amer, de camphre, de champignon et même de pile électrique, les fleurs nous offrent des saveurs uniques et vraiment surprenantes ! A déguster en salade pour épater vos invités ou pour amuser les enfants.

Camomille romaine, plante de la digestion et des courbatures.

Cueillette de fleurs de Calendula pour la préparation de baumes et d’infusions maison

Pour fabriquer un baume bio à la fleur de Calendula, nous avons besoin de très peu d’ingrédients : huile d’olive bio, fleurs, cire d’abeille, alcoolat de propolis (La ou le propolis est un matériau recueilli par les abeilles à partir de certains végétaux. Cette résine végétale est utilisée par les abeilles comme mortier et anti-infectieux pour assainir la ruche. Elle est récoltée pour ses propriétés thérapeutiques), huile essentielle de lavande (ou romarin selon les goûts). Un peu de patience et beaucoup de passion, et vous serez comblée par le résultat !

Le séchoir accueille les différentes cueillettes avant fabrication des produits

Le cassis séché sert à confectionner du sucre aromatisé, des vinaigrettes, et du sirop qui ravira les petits et les grands.

Herbes et fleurs ensachées en grosses quantités pour la conservation avant la vente en boutique.

Il est important de s’attacher à l’étymologie des plantes, aux mythes et légendes, pour en savoir davantage sur elles…

Garance des teinturiers

Les produits que j’ai testés :

•   Boisson de Morphée : Tilleul bio, aubépine bio, Camomille matricaire bio

•  Boisson des Rêves : Mélisse bio, Passiflore bio, mauve bio

•   Passiflore bio (plante calmante)

Toutes ces plantes sont idéales pour combattre le stress, les troubles du sommeil, les problèmes de digestion.

Baume d’Achillée et Calendula (Soin du visage et du corps)

Anecdotes, légendes, mythologie grecque et connotations religieuses nous ont permis de mieux découvrir ces plantes aux mille vertus.

Si la médecine contemporaine a délaissé ce savoir si riche et subtil, c’est parce qu’il ne fait hélas plus partie des programmes des étudiants ! Une gynécologue a dit récemment que si les femmes avaient fait perdurer la « médecine naturelle » de nos grands-mères, il y aurait presque la moitié de moins de consultations car elles sauraient traiter par elles-mêmes les petites infections, les maux prémenstruels, les flux irréguliers,…

Un jour un scientifique a dit : « Peu de science vous éloigne de Dieu, beaucoup de science vous en rapproche. » Et on comprend mieux pourquoi !

Attention néanmoins à bien suivre les conseils des professionnels (botaniste, herboriste, phytothérapeute…) car cela fait des années qu’ils étudient et se passionnent ; il n’est donc pas question ici de jouer aux apprentis sorciers , de cueillir et de faire bouillir tout et n’importe quoi…

Vous aussi vous voulez goûter aux bienfaits de ces plantes merveilleuses ?

Rendez-vous au Jardin du Centaure.

  • reply magalie chaima ,

    Salam aleykoum, Macha Allah ton article est très interessant. ça donne envie d’aller faire un tour en corèze.
    C’est vrai qu’on a beaucoup perdu de temps en délaissant les remèdes naturels, mais beaucoup y reviennent

    • reply Kaoutar ,

      Salam wa3likoum

      tiens, ça change un article tout en images, c’est très plaisant!
      La médecine naturelle m’a toujours intriguée, j’ai appris quelques petites choses ici macha Allah 🙂
      Mais tu as bien raison lorsque tu dis qu’il ne faut pas jouer à l’apprenti sorcier mais plutot faire confiance à ceux qui se passionnent pour le sujet depuis des années!

      Wa salam

      Laisser un commentaire

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Send this to a friend