Ramadan 2020 : plus rien ne sera comme avant

Cette année, si le confinement à cause du COVID-19 se poursuit en France et dans le monde, le mois de Ramadan n’aura pas la même saveur/ambiance/énergie que les années précédentes.

Pourquoi dis-je cela ? Car ce mois béni est un mois de partage et d’entraide, où la communauté a une place essentielle et importante. Le soucis durant cette crise sanitaire liée au coronavirus, c’est qu’il sera désormais interdit de :

  • Prier à la mosquée, y compris Taraweeh et joumou3a (prière du Vendredi)
  • Assister à des assises/veillées spirituelles
  • Rompre le jeûne avec nos proches : famille, amis, voisins…
  • Préparez un ftor en sadaqa pour la mosquée afin d’offrir ce repas aux nécessiteux ;
  • Rendre visite aux malades et aux proches qui seront seuls (je pense notamment les jeunes convertis) ;
  • Faire de l’humanitaire à l’étranger ;
  • et même partir faire la ‘Omra durant ce mois béni …

Désormais, si rien ne change, toutes ces opportunités de se rapprocher de Lui nous seront fermées. Combien de fois avons-nous ratés ces chances les années passées, en les prenant pour acquises ? Combien de fois avons-nous préféré remettre à plus tard, des opportunités qui s’offraient à nous ?

Alors oui je pourrais être positive et énumérer les choses qui nous seront possible de faire encore : jeûner, prier, lire, faire des dons, suivre des cours en ligne…

Cependant je suis plutôt d’humeur à vous dire que la situation est grave et inédite : vivre Ramadan dans la solitude et loin de notre communauté, de nos frères et soeurs spirituels, de nos imams et savants, sera une épreuve. Notre communauté nous apporte cette force, ce soutien, ce repère et ce refuge où l’amour fraternel et l’ambiance spirituel apaisaient nos coeurs :

Le Prophète Muhammad, salallahu alayhi wa salam, nous dit : « Les musulmans, dans l’amour, l’affection et la miséricorde qu’ils se portent, sont comparables à un seul corps. Lorsqu’un membre est affecté, c’est l’ensemble du corps qui ressent la douleur et s’enfièvre. » [Boukhari] 

Aurions-nous une foi assez forte, afin de nous réveiller, nous motiver et nous élever ? Une foi assez forte pour :

… prier Taraweeh chaque soir plutôt que de succomber à l’appel du canapé et de Netflix (qui en profite pour sortir 8 épisodes de LA série que tout le monde attend)

… lire le Coran plutôt que de succomber aux notifications de son téléphone ;

… se lever au coeur de la nuit pour Le prier au dernier tiers plutôt que de rester dormir ;

… Méditer et faire son dhikr plutôt que de succomber à écouter le dernier album de tel « artiste » dont tout le monde parle.

…. Ecouter 1h de darss (enseignements) plutôt que de succomber à écouter 1h de tuto makeup/blabla

… balayez et nettoyer la maison de Dieu plutôt que de balayer de droite à gauche les storys des influenceurs ;

…. faire des activités sur l’Islam avec nos enfants plutôt que de succomber à les mettre devant 4h (ou plus) de dessins animés sur la toute nouvelle plateforme « spécialement pour eux » ;

…. partager un moment spirituel avec son époux plutôt que de succomber à une énième dispute sur le fait qu’il a encore laisser traîné ses chaussettes et que ça nous fatigue de les ramasser;

… et bien d’autres situations.

Un sentiment de tristesse et d’inquiétude m’envahi en y pensant. Mes propos sont bruts mais je me demande réellement si notre foi sera assez grande car les tentations seront tellement nombreuses et facilement accessibles. Quand bien même les chayatins seront enchaînés : notre ego, notre paresse, notre faiblesse resteront en nous . Un vrai djihad s’annonce pour nous tous.

Bien entendu, cela n’est qu’hypothèse et Dieu Seul sait comment nous vivrons ce mois de Ramadan. Et nous gardons espoir en Sa Rahma, Son Amour et Sa Générosité :

{ Dis: « Mon Seigneur dispense avec largesse ou restreint Ses dons à qui Il veut parmi ses serviteurs. Et toute dépense que vous faites [dans le bien], Il la remplace, et c’est Lui le Meilleur des donateurs » } [Saba, verset 39]  

En attendant, prions sincèrement et avec force pour qu’Allah nous vienne en aide. Prions pour que nous réussissons ce test, prions pour que toutes ces tentations n’envahissent pas nos vies, prions pour que nos comportement changent : vers une prise de conscience, de gratitude et d’élévation.

Puissions-nous saisir toutes les opportunités qui s’offriront à nous, pour libérer nos coeurs et nos esprits d’un confinement qui ne rime pas, au fond, avec Ramadan.