Virginie est une voyageuse. Et son plus beau voyage l’a tellement marquée qu’elle tente de le renouveler, encore et encore, tant que cela lui est possible. Ce voyage, qui a tant marqué son cœur, et où ses pieds aiment à se poser, c’est la ville sainte et bénie de Jérusalem, al-Quds.

Salaam alaykum Virginie. Merci de nous faire part de ton témoignage, cela nous fait grand plaisir chez Imane magazine. Pour commencer, question simple : comment a émergé l’idée de ce voyage ?

Wa alaykum salam. Initialement, je voulais juste me rendre en Jordanie pour apprendre la langue arabe. Et puis surtout, je voulais vivre le mois de Ramadhan en terre musulmane, loin de la France, pouvoir entendre l’adhan, etc.

J’avais vu sur internet qu’il était possible d’aller à Jérusalem via la Jordanie et sur place, il s’est avéré qu’il était assez simple de se déplacer là-bas. J’ai donc sauté sur l’occasion, pris le bus et suis finalement arrivée à Jérusalem 🙂 !

jerusalem__dome_of_the_rock_by_mgsblade-d5drdc1

En tant que musulmane portant le hijab, as-tu rencontré des difficultés pour y entrer ?

Oula oui … A la frontière entre la Jordanie et Israël, les militaires m’ont gardée plus de 6h ! Ils n’ont eu de cesse de m’interroger sur pourquoi je voulais me rendre en Israël, ils ont tout fouillé, téléphone et appareil photo compris, jusqu’à ma trousse de toilette. Puis finalement, al hamdulillah, ils m’ont laissée entrer et là, je ne vous explique même pas le bonheur que j’ai ressenti ! Mais à côté de ce bonheur, un pincement au cœur me reste : cet épisode difficile, je n’ai eu à la vivre que deux fois, alors que c’est le quotidien du peuple palestinien.

En quelques mots, peux-tu nous donner tes premières impressions, ce que tu as ressenti en arrivant à Jérusalem ?

Honnêtement, il n’y a pas de mots qui sauraient décrire ce qu’on ressent. On pose ses pieds là-bas et on sait immédiatement que l’on n’est pas n’importe où. C’est vraiment une terre bénie masha Allah, et cela se ressent tellement, notamment dans l’ambiance (malgré les tensions). On a l’impression d’atteindre un but ; lorsque j’ai vu le Dôme du Rocher pour la première fois, je me suis dit « ça y est, j’ai atteint mon but ». J’étais tellement heureuse …

Combien de temps es-tu restée à Jérusalem ? As-tu passé tout ton temps là-bas ?

Non, j’ai un peu bougé. Pour faire bref, je suis restée un mois, qui s’est déroulé ainsi : une semaine en Jordanie, une semaine à Jérusalem, je suis retournée trois jours en Jordanie puis suis revenue à Jérusalem pour les dix derniers jours du Ramadhan. Allah a vraiment tout facilité !

Le Ramadhan, les dix derniers jours : RACONTE !!!

C’était fabuleux ! Lors de ces derniers jours, j’étais hébergée par une Palestinienne, qu’Allah la récompense. Mes journées étaient assez simples : le matin je mangeais un morceau, puis sortais pour aller prier Sobh à la mosquée. En réalité, mes journées étaient rythmées par les prières. De ce fait, je dormais soit un peu la matinée, soit un peu le soir. En dehors de cela, je voulais passer le plus de temps possible dans la mosquée. Souvent, je prenais mon Coran et allais lire sur l’esplanade, au soleil. Quand venait l’heure de la rupture du jeûne (iftar), je priais maghreb chez la personne qui m’hébergeait (par respect envers elle) ; je dois avouer que parfois je craquais, mon cœur voulait trop prier en groupe, donc il m’est aussi arrivé de prier maghreb à la mosquée… ! Sinon, nous mangions ensemble puis j’allais prier tarawih à la mosquée. Quel moment magique …. Il n’y a aucun mot, rien, qui ne puisse décrire à quel point c’était beau, émouvant, irréel même ! Je me souviens de cette 27ème nuit de Ramadhan. L’esplanade était remplie ! Quelle puissance lors des du’a, comme on se sent transporté par des milliers et des milliers de voix disant « Yâ Allah » ! Cette foule est d’autant plus émouvante lorsque l’on sait qu’elle est en grande partie composée de Palestiniens venant de Cisjordanie et de la bande de Gaza, à qui l’accès à Jérusalem n’est autorisé que pour le vendredi (au moins ceux du Ramadhan), la 27ème nuit de ramadhan, peut-être pour l’Aïd, je ne sais pas.

 jerusalem-ramadan

Tout cela est absolument magnifique et savoir qu’une française a pu vivre ces moments nous rappelle que cela est possible, insha Allah. Comptes-tu retourner là-bas ?

Je dirais même que c’est déjà fait ! J’y suis retournée trois semaines cet hiver, pendant les fêtes, et j’ai déjà réservé mon billet d’avion pour cet été insha Allah ! A vrai dire, pour le moment, je ne conçois plus d’aller ailleurs qu’à Jérusalem. Je suis tombée amoureuse d’un amour trop puissant, donc tant qu’on m’acceptera là-bas (car j’ai conscience qu’Israël peut à tout moment me refuser l’accès à son territoire), j’y retournerai, si Allah me l’accorde.

Barak Allahu fiki Virginie. Sans hésiter, je peux dire que tu nous as fait voyager avec toi. Prions pour qu’Il t’accorde le plus de voyages possible en Terres Saintes et qu’Il nous permette à toutes de vivre de tels moment !