Hijab et travail : ma double vie

sept 15, 2011 Ecrit par 61

Bonjour,

J’aimerais faire mon témoignage anonyme pour rapporter ma situation qui est commune à toutes mes amies.

Je suis de confession musulmane, je prie, je jeûne, je suis voilée et … je travaille à temps plein dans une administration publique.

L’administration dans laquelle je travaille se veut neutre (mais respecte plutôt les pensées « « « « laïques » » » ») et refuse le port du voile en ses murs. Depuis qu’ils savent que je suis musulmane, ils m’enlèvent les dossiers relevant de positions pointilleuses du point de vue éthique et acceptation de l’autre, car ils pensent que je serai trop laxistes envers ma communauté alors qu’eux même gèrent les dossiers avec beaucoup de partialité et de sentimentalité.

Je dois donc me rendre chaque matin à mon travail, prendre les transports en commun et tout cela voilée et arrivée à mon lieu de travail, enlever mon voile dans l’ascenseur pour être une bonne fonctionnaire acceptable dans l’administration publique.

Reste à ce qu’ils acceptent de ne pas « me faire la bise » pour me dire bonjour. Cela est aussi très mal perçu de ne pas accepter d’embrasser un collègue masculin au boulot. Comme si cela créait un lien, une occasion de se parler. Pourtant, de part le monde, il y a des populations européennes ou pas qui se côtoient professionnellement sans devoir se toucher ni s’embrasser pour avoir de bonnes relations professionnelles… Au Royaume-Unis par exemple.

Mais si on ajoute la composante (non négligeable) le Ramadan, là c’est l’incompréhension totale, c’est la déchirure dans les relations entre collègues (j’exagère un peu mais c’est presque la réalité).

Tout en sachant que les principes de l’Islam sont archi-médiatisés, que mes collègues ont environ la quarantaine (donc ils devraient avoir une connaissance générale sur les croyances et principes des religions), que dans la région où je vis les musulmans sont bien représentés, que ce n’est pas la première année que je fais le Ramadan en leur présence, ils me posent toujours la question: « Pourquoi tu décides de ne plus te nourrir? C’est en protestation contre une politique? Et ta petite fille de trois ans le fait aussi? T’es sûre que tu ne veux pas plutôt prendre un sandwich ce midi? C’est plus léger tu sais si c’est un régime que tu fais. Tu jeûnes pour des convictions religieuses? Ouais d’accord mais ne le fais pas mercredi car il y a un lunch de prévu… «  Et j’en passe de vertes et des pas mûres.

Donc voilà ce que c’est ma vie de femme musulmane qui se veut active et pratiquante. Nombreuses sont les personnes qui me diront: « Change de métier et arrête de te plaindre! » Mais nombreuses sont celles qui comme moi pour x ou z raisons doivent se résoudre à jouer ce jeu malsain et hypocrite qui font de nous des pures schizophrènes parfois entre nos deux vies.

C’est vraiment quand je rentre chez moi ou pendant le week-end que je me sens vraiment moi-même.

Si comme moi vous devez jongler entre vie privé, professionnelle et convictions religieuses, merci de partager vos trucs et astuces afin que mon gagne-pain ne soit pas systématiquement un mauvais moment à passer avant le réconfort.

Merci

Crédit photo



61 Commentaires

  1. yasmine
    nov 20, 2014

    Salem ahleykom mes soeurs je suis dans une situation similaire a la votre. Mariee, un enfant hamdoulilah je porte depuis 5 mois le hidjab et essaie de progresser dans ma foi. Je travaille dans une administration publique ou je dois retirer mon hidjab, j’ai de plus en plus de mal a allier travail et religion. Le milieu dans lequel je travaille, les collegues nont pas la meme vision des choses que moi, il y a beaucoup de medisance … De plus je manque enormement de temps pour progresser dans la religion, en effet gerer la maison, la petite famille en plus du travail, il ne reste pas beaucoup de temps pour se consacrer a sa religion. Je suis triste face a cette situation cest pourquoi jai decidé de m’organiser financierement pour arreter le travail des que possible. Je tiens a vous dire que cela me reconforte un peu de voir que je ne suis pas seule dans cette situation.

Vos reactions


huit + = 10