A l’aide ! Je ne sais pas grossir…

Par Safia BARA, diététicienne

Alors que l’épidémie d’obésité progresse dans les pays occidentaux, certaines personnes ont le problème inverse et souffrent de maigreur. Véritable complexe pour les personnes concernées, voici quelques conseils.

 

photo-orange

Maigreur constitutionnelle, de quoi parle-t-on ?

La maigreur est en quelque sorte une résistance à la prise de poids. La personne s’alimente normalement mais ne prend pas un gramme. Il faut donc bien différencier la maigreur de l’anorexie. Dans ce dernier cas, la personne se sous-alimente.

La maigreur est également à distinguer de l’amaigrissement. Dans ce cas, c’est un processus : la personne perd du poids suite à un régime, une maladie… La maigreur est, quant à elle, un état.

Que faire ?

Bien que ce poids soit lié à la génétique, il est possible de l’augmenter en déséquilibrant la balance Apports/Dépenses. Il s’agit d’accroître les apports caloriques, donc de manger plus. Par contre, il faut être conscient que dès que ces apports diminueront, la personne risque de perdre le poids gagné.

Voici quelques petits conseils :

  • – Manger à heures régulières et ne pas sauter de repas. Les personnes maigres ont parfois peu d’appétit et sautent facilement un repas. Pour prendre du poids, il faudra veiller à être régulier dans les prises alimentaires.

 

  • – Faire des collations. Une à deux collations dans la journée peuvent compléter les repas. Mais attention, elles ne doivent pas être trop copieuses pour ne pas couper l’appétit au repas suivant.

 

  • – Consommer des aliments à forte densité énergétique. Il faut privilégier les aliments riches pour un faible volume. Exemple : les fruits secs (abricots, dattes, figues…), les noix et autres oléagineux, les produits céréaliers (pains, céréales, viennoiseries), les laitages entiers, fromages, poissons gras.

 

  • – Enrichir l’alimentation. Il s’agit d’augmenter les calories sans augmenter le volume. Pour cela, on peut ajouter du beurre, un filet d’huile ou de la crème dans les plats, du sucre, de la confiture ou du miel dans les laitages ou les boissons.

 

  • – Ne pas négliger l’activité physique. Même si l’activité crée une dépense supplémentaire et risque de faire pencher la balance de l’autre côté, elle est bénéfique pour le maintien d’une bonne musculature et ossature. De plus, l’activité modérée permettra de stimuler l’appétit. Plus que le poids, l’activité physique permet de préserver son capital santé. Attention, cette activité ne devra pas être trop intense.

 

  • – Consommer du fenugrec. Cette graine a la particularité de stimuler l’appétit. Elle peut être consommée telle quelle ou en complément alimentaire.
  • reply oum leyla ,

    Salam ‘alaykoum, mon conseil : des flocons d’avoine ! C’est super calorique, mangez les avec du lait c’est super bon !

    • reply Lamia/liloup ,

      Salam aleikum !
      Je rêve où vous parlez de moi là ? mdr

      J’ai ce problème depuis la fin de la puberté, j’ai beaucoup maigrie vers 19 ans ( je n’étais déjà pas bien épaisse à l’époque) environs une dizaine de kilos en moins d’un an, comme ça , sans rien faire. Et si j’ai tout de même réussie à reprendre suffisamment de poids pour être en forme je n’ai jamais réussi à retrouver un poids convenable. Kheir in sha Allah, ce ne serait pas un soucis, si cette maigreur n’était régulièrement accompagné d’amaigrissement en période de stress. Je ne vous raconte pas le combat pour sortir du lit le matin, tellement le corps fini par manqué de force, sans oublier que l’on deviens du coup plus sensible aux infections et que si personne n’est là pour voUS aider un minimum, il arrive que vous n’ayez même plus la force de vous faire à manger. C’est là que commence le cercle vicieux. Wa al hamdouliLLah

      • reply Rachida gem ,

        Mon conseil rencontrer un endoctrinologue…. J ai toujours été maigre sans savoir pourquoi. Impossible pour moi d atteindre les 52 kilos alors que je mesurait 1m67. On m a diagnostiqué un goitre. Et j ai suivi un traitement. Les personnes ou celles font les parents vivent loin de la mer (en montagne, zone desert… )sont les plus sensibles car mabque d iode.

        Laisser un commentaire

        Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.