Allier diabète, cuisine et plaisir

Diabète, cuisine et plaisir ? Trois mots qui ne semblent pas aller ensemble quand on sait que le traitement du diabète repose sur un régime. Et pourtant, l’alimentation des diabétiques peut être tout à fait savoureuse en respectant quelques règles simples.

Le régime : base du traitement

Le diabète est une maladie métabolique, l’organisme n’est pas capable de gérer correctement le taux de sucre dans le sang (glycémie), à cause d’un défaut de sécrétion d’insuline par le pancréas.
On distingue plusieurs types de diabète : le diabète insulino-dépendant, le diabète non-insulinodépendant, mais aussi le diabète gestationnel. Mais tous ont un point commun : le régime. La base de celui-ci est le contrôle des glucides (sucres). Pour le reste, il s’agit simplement d’une alimentation équilibrée.

Sucres rapides ou lents ?

On ne parle plus aujourd’hui de sucres lents et sucres rapides, mais plutôt d’index glycémique (IG), c’est-à-dire l’importance de l’hyperglycémie provoquée suite à l’ingestion d’un aliment. Par exemple, les confiseries ou le pain blanc ont un IG élevé (supérieur à 50) car le sucre est très vite absorbé, mais les fruits frais ou les légumes secs ont un IG faible (inférieur à 35). Le diabétique devra donc privilégier les aliments à IG faible, afin de contrôler au maximum sa glycémie. Il préférera donc les pains complets ou aux céréales, les légumes secs, les pâtes et riz complets, qui sont également plus riches en fibres et minéraux.
La cuisson a également une influence sur l’absorption des sucres. Une cuisson al dente ralentit la digestion et donc l’absorption des glucides. Ceci est valable pour les pâtes, mais également pour le riz ou les pommes de terre.

Les édulcorants naturels

Finies les pâtisseries ? Non, à condition qu’elles soient faites maison et consommées à la fin du repas (non de manière isolée). On trouve aujourd’hui facilement des substituts du sucre, qui permettent de conserver le goût sucré tout en évitant les pics de glycémie.
La stevia est un édulcorant naturel issu d’une plante originaire d’Amérique du Sud. Naturelle et non toxique, elle apporte zéro calorie et n’influe pas sur la glycémie. La stevia pourra être utilisée pour édulcorer salades de fruits, fromages blancs et yaourt mais aussi crèmes cuites, compotes, tiramisu car elle est stable à la cuisson.
Le sucre de bouleau est aussi couramment utilisé pour les pâtisseries et les confitures. Il se présente comme du sucre en poudre. Attention, il n’est toutefois pas totalement vide de calorie, mais il reste un sucre à IG faible (lentement assimilable).
Enfin, le sirop d’agave peut également être utilisé comme substitut du sucre dans les préparations froides ou en pâtisserie. Comme le sucre de bouleau, il a une valeur énergétique mais un pouvoir sucrant supérieur à celui du sucre, donc utilisé en moins grande quantité.
Grâce à ces édulcorants, il est donc possible de se faire plaisir tout en évitant les excès de sucre.

Préserver ses vaisseaux sanguins

L’excès de sucre est nocif pour les vaisseaux sanguins. Inutile donc de les détériorer d’avantage avec des graisses saturées et du cholestérol. Il ne s’agit pas de bannir toutes les graisses mais de les choisir judicieusement afin de préserver au mieux ses artères. Le diabétique -et le non diabétique aussi d’ailleurs- devra donc limiter les graisses saturées apportées par les charcuteries, les viandes grasses, les viennoiseries, les laitages entiers… et préférer le poisson (2 fois par semaine) et les laitages demi-écrémés. Pour ce qui est de l’assaisonnement, le secret est de varier les huiles : l’huile d’olive pour la cuisson, l’huile de noix ou de colza pour les crudités.
Le choix du mode de cuisson est également essentiel mais il n’est pas question de se limiter à la cuisson vapeur ! Les cuissons à l’étouffée, en papillote, au four, les grillades permettent de réaliser des plats savoureux, mais pauvres en graisses.

Le diabète, une épidémie ?

Le nombre de diabétiques a été estimé en 2009 à 2,9 millions de personnes en France, soit 4,4% de la population (contre 2,6% en 2000), selon l’Institut de Veille Sanitaire. Malheureusement, nous ne sommes pas tous égaux face au diabète. Le premier facteur de risque est l’obésité, mais il existe aussi des disparités en fonction de l’âge, du sexe et du milieu social.
Le minimum pour se prémunir de cette maladie, ou du moins pour en retarder l’apparition, est d’adopter un mode de vie sain, alliant alimentation équilibrée et variée et activité physique régulière.

En résumé

A chaque repas :

• des glucides à IG faible
• des légumes
• un produit laitier
• un fruit entier

Au moins 1 fois par jour :

• de la viande, du poisson ou des œufs

Exemples de menus

• Salade de crudités et vinaigrette (1 cuiller à soupe d’huile, vinaigre ou jus de citron, moutarde)
• Légumes farcis et pain complet
• Yaourt nature (+ stevia)
• Crumble pomme, poire au sirop d’agave

ou

• Soupe de légumes de saison
• Penne (au blé complet) au thon et aux champignons
• Fromage blanc 20% et abricot

Retrouvez des recettes savoureuses dans Pâtisseries et desserts à la stevia, Edition Marabout

Crédit photo