Au cœur de la vulnérabilité : la relation humaine

Savoir aider au quotidien les plus vulnérables était le premier point d’analyse de cette saga. Aujourd’hui, Hanane KARIMI nous propose ici un questionnement sur la relation avec cet autre qui souffre afin de le traiter de façon humaine en respectant son individualité, son intégrité et sa dignité.

Respect_by_canoneos

Une relation réflexive et qualitative

La dimension affective des personnes en situation de handicap ne doit pas être négligée. Elle ne doit pas devenir objet de soin « pour un mauvais accompagnant, la personne aidée serait l’objet de ses soins ; par contre pour un bon accompagnant elle restera le sujet de son attention »[1]. Les équipes soignantes, les proches doivent tenir compte de cette dimension qui est essentielle au bien-être de la personne en situation de handicap. Dans ces cas précis ce n’est pas l’intelligence qui est sollicitée mais l’intelligence du cœur : l’intelligence du cœur face à l’autre qui ne dit rien, de l’autre qui interpelle.

L’une des limites dans cette relation est la communication. Comment communiquer quand le verbe n’est pas là ? Il y a une communication non verbale que la personne inapte à parler développe, qui est certes limitée mais les proches ont appris à décoder les expressions faciales, les mimiques, les clignements d’yeux sur la durée et ils sont de précieux interprètes pour expliquer ce que veut dire la personne communicante. Les plus vulnérables ont besoin et doivent être reconnus comme personne. Et si nous tendons vers une autonomie des personnes en situation de handicap, il faut rappeler que le concept d’autonomie et le concept de personne sont dépendants l’un de l’autre. Régine Scelles explique dans sa contribution au Traité de Bioéthique III que « pour accéder à ce que la personne soignée perçoit et pense, rien ne remplace ce que manifestera cette dernière. (…) Or dans le débat éthique, très peu de place est laissée à la manière dont s’élabore la posture éthique des personnes handicapées elles-mêmes et, par ailleurs, une personne polyhandicapée, plus que tout autre, est à risque de ne pas être reconnue comme proprement humaine par celles et ceux qui interviennent auprès d’elle. »[2]

Le concept de personne :

On peut définir la personne comme un acteur social, un personnage social. Indistinctement, la personne renvoie à une fonction et une dimension publique et juridique. Historiquement, le concept de personne renvoie également à une hiérarchisation entre les hommes. En effet, l’esclave n’était pas considéré comme une personne. C’est avec Kant, que le concept de personne s’enrichit d’une dimension morale. La personne devient une catégorie morale, et de ce fait, se voit gratifiée du principe de respect absolu inhérent à cette catégorie. « La personne a une dignité, c’est-à-dire une valeur absolue, par opposition aux choses qui n’ont qu’un prix. » Kant désignera le principe de respect absolu dans les Fondements de la métaphysique des mœurs ainsi : « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen. »[3] Ce qui nous interpelle dans ce propos, c’est la ressemblance avec la parole du prophète Mohammed (salaLlahu ‘alayhi wa salam) « L’un de vous n’est véritablement croyant que s’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui-même». [al Boukhari]



[1] Marcel Nuss , La présence à l’autre : accompagner les personnes en situation de dépendance, Dunod, 2005, 2e édition 2008, 3e éditon 2011.

[2] Dir E.Hirsch, op.cit., p.81

[3]Op.cit., p.33