Lifestyle

Carnet de voyage #7 – Comme un air de Java

By  | 

Par Pauline de Landscapture

Minuit – Atterrissage à Jakarta. Al hamduliLlah. Le taxi file à vive allure en direction du centre, empruntant des avenues aussi longues que larges. Tout est désert.

08h00 – Réveil

Embrumée, fatiguée, désorientée.

Un concert de klaxons parvient jusqu’à moi, malgré les fenêtres fermées, puis les bruits d’un train, du passage incessant dans les couloirs de l’hôtel. Cette ville si paisible cette nuit semble s’être métamorphosée.

10h00 – Heure du délit

Prise en plein flague de « mal du pays » ! Je me souviens m’être dit :  » Mais que fais-tu ici ? « 

Bruit, circulation, chaleur, moiteur, cohue… La journée s’annonce longue.

Coincée dans les embouteillages, je découvre une ville en pleine mutation. On y construit tout et n’importe où ! La ville se modernise, s’occidentalise. Elle offre désormais de hauts gratte-ciel, de gigantesques centres commerciaux, qui tutoient des bidonvilles… A l’instar de ses voisines asiatiques, Jakarta n’échappe pas à la folie immobilière ainsi qu’à l’accroissement des inégalités.

C’est d’ailleurs l’une des premières choses que j’ai eu l’occasion d’expérimenter. En me baladant au bord d’un canal, je me suis engouffrée dans des ruelles étroites. Les habitants amusés se demandaient ce qu’une touriste faisait là. Je me suis perdue dans ce labyrinthe. Des maisons en taules jalonnaient de part et d’autre la ligne de chemin de fer où les enfants jouaient sur les rails.

mosquée_Java

Le soleil décline, quelle meilleure façon de se ressourcer que d’entrer dans la fabuleuse mosquée Istiqlal. SubhanAllah, un édifice immense, un havre silencieux en pleine frénésie urbaine. C’est la plus grande mosquée d’Asie du Sud-Est. Peu avant l’Adhan, les femmes vêtues de leur Khimar colorés prennent place dans les rangées. Cette mosaïque de couleurs vives tranche avec les colonnes en métal, qui montent jusqu’à cette magnifique coupole. Un moment de paix, se sentir submergée par l’émotion, touchée par Sa Grandeur et Sa Bonté.

Yogyakarta

Après quelques recherches, je me décide à prendre un billet de train pour rejoindre Yogyakarta, au Sud Est du pays. Réputée pour son histoire et ses anciens royaumes, Yogya est aujourd’hui un des centres artistiques et culturels du pays.

A peine débarquée du train me voilà sur un scooter. Montée en amazone, je peine à trouver mon équilibre ! Mon sac à dos sur les épaules me fait vaciller alors que mon chauffeur slalome dans la circulation dense !

 moto

Coincée entre les flancs du volcan Mérapi, les rizières et la jungle, c’est à Yogyakarta que mes angoisses ont commencé ! J’ai dû apprendre (et non sans mal) à cohabiter avec de gros lézards fluo et autres geekos ! Hormis cette faune déplaisante, la ville est riche en monuments, ruines et temples…

La ville se visite facilement à pied : le Kraton (palais du sultan), les marchés, les rues commerçantes où se mêlent des fast-food occidentaux avec les marques locales de vêtements islamiques… Cocktail détonnant et dépaysant ! En fin de journée, on s’installe sur le trottoir, dans l’un de ses nombreux restaurants éphémères. On y déguste des spécialités locales : Mie gorang, Sataï, Mie Kua Udang… Le riz est la composante principale de la gastronomie indonésienne. Qu’il soit frit, bouilli, accompagné de légumes ou de viande… on le retrouve partout !

temples_Java

A quelques kilomètres de Yogya, deux temples s’érigent fièrement à travers la jungle.

Le premier Pranbanam est un ensemble de 240 temples Shivaites construit au IXème siècle sous le règne de la dynastie Sanjaya, premier royaume du centre de Java.

Le second, Borobudur, est de loin celui que j’ai préféré ! Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, il s’agit d’un temple bouddhiste. Construit dans une forme carrée, il est coiffé d’une farandole de statue à l’effigie de Bouddha. Après avoir monté bon nombre de marche, on est récompensés par la vue panoramique sur le site tout entier et sur le cratère fumant du Merapi.

En route vers l’Est Java !

lever_soleil_volcan4 jours m’ont suffi pour faire le tour des sites majeurs. Bien sûr il reste encore bien d’autres choses à visiter mais je sens les hauts sommets qui m’appellent !!! Je plie bagages pour rejoindre la région de l’Est Java. Singulière, inhospitalière, c’est là-bas que se trouvent deux des plus grands volcans Indonésiens. Embarquée dans un petit fourgon, je me retrouve avec un couple d’Allemands, quelques Australiens et des Finlandaises. Entassés dans cet espace confiné, il ne nous faudra pas moins de 10h pour rallier Probollingo au Nord de  l’île. De là, on doit encore ajouter 3 bonnes heures de routes pour rejoindre notre refuge de montagne.

Un matelas à même le sol, des insectes sur les draps, quelques toiles d’araignée… Mon cœur va lâcher !  

Au beau milieu de la nuit, réveil en fanfare… On saute dans les 4×4 qui nous emmènent au Mont Bromo. Il fait encore nuit noire, la première ascension se fait à l’aveugle. Arrivée sur un plateau : on patiente pour observer les premières lueurs du jour. Les couleurs chaudes commencent à illuminer le ciel et le paysage qui nous font face. A mesure que le jour se lève, les nuages désertent la caldeira, laissant place à un spectacle inoubliable.

soleil_java

« Certes dans la création des cieux et de la terre, dans l’alternance de la nuit et du jour (…) en tout cela il y a des signes, pour un peuple qui raisonne » [Al-Baqarah,verset 164].

Le réveil ultra matinal fut certes difficile mais largement récompensé ! La matinée se poursuit ensuite par l’ascension du cratère Semeru, généralement enfumé par les émanations de souffre et de gaz, il était ce jour là assez dégagé, al hamduliLlah. Au bord du cratère, on entend les rugissements de la Terre. Cette force intérieure nous rappelle Sa Grandeur et nous force à l’humilité et à la méditation.

Il est maintenant presque 9h… nous devons retrouver nos chauffeurs car la route est encore longue jusqu’au Mont Ijen, deuxième grand volcan de la région. Près de 10H de route chaotique ont eu raison de mon enthousiasme. Arrivée sur les rotules dans un refuge de montagne (oui encore un !) : au menu lézard, énorme bêtes volantes non-identifiables… SUEURS FROIDES ! La nuit fut tout aussi courte que la veille… L’histoire se répète, ascension nocturne à l’aveugle, une pente à 60%, pendant 1 grosse heure… Essoufflée et épuisée, l’arrivée au sommet du Mont Ijen est un grand moment de bonheur !

On arrive dans la bouche du volcan. En contrebas, un lac aux eaux laiteuses, quelques porteurs de souffre s’activent et des cheminées de fumées s’échappent des entrailles de la terre. Un paysage unique que je n’avais vu nulle part ailleurs. On reste là, pantois, à observer Sa création.

 paysage_volcan_java

La découverte de l’Est Java s’achevait sur cet arc-en-ciel de couleurs. Arrivée à l’extrémité Orientale de l’île, je laisse le petit groupe de touristes et monte à bord d’un bus de ligne pour rejoindre Surabaya.

Le départ

Au gré des arrêts, le bus se remplit, puis se vide… C’est à son bord que j’ai fait la rencontre de sœurs fiLlah. Des perles de gentillesse, avec lesquelles nous avons évoqué la situation des musulmans en France, la montée de l’islamophobie…

De Surabaya, je n’ai vu que la gare routière et l’aéroport, duquel je me suis envolée pour Lombok pour continuer mon périple.

Avec le recul et si je devais y retourner bi-idhniLlah, je resterais plus longtemps à Java. Dans des villes plus reculées, moins touchées par le tourisme et ses effets néfastes. Je m’arrêterais dans la région de Bandung où se trouvent les plantations de thé, je ferais étape à Madura d’où est originaire le Pencak Silat, je prévoirais des treks dans le parc national du Merapi… Par la permission d’Allah Azzawajel j’y retounerai, pour découvrir de nouvelles îles, à la rencontre de ses habitants chaleureux et pieux.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.