Comment les femmes musulmanes d’ailleurs nous voient ?

Article écrit par Nadia B

La femme musulmane a comme modèle les femmes des prophètes, les premières femmes de l’islam et les femmes de nos pieux prédécesseurs. Aujourd’hui, avec la diversité des cultures et les traditions propres à chaque pays, la femme musulmane est différente selon le pays où elle se trouve : différente de par sa tenue, ses coutumes, son mode de vie, sa langue…. Nous nous attacherons à décrypter la femme musulmane française. Quelle vision les femmes musulmanes du monde entier ont d’elle? Est-elle un exemple à suivre pour les femmes musulmanes vivant à l’étranger ? Quelles sont ses forces et ses faiblesses ? Enfin, la communauté musulmane féminine est-elle unie comme dans certains pays ?

Malheureusement en France, la femme musulmane est très souvent mal acceptée, et celles qui portent le voile souffrent davantage de l’ambiance islamophobe qui règne depuis déjà plusieurs années ici. Pays laïc, imposant choix des tenues, menus, la France a fait des femmes musulmanes un fléau, obligeant nos sœurs voilées à se plier à certaines règles très contraignantes (interdiction du port du voile intégral, interdiction du port du voile dans les établissements scolaires, interdiction pour la mère voilée d’accompagner son enfant lors des sorties scolaires…).

Par ailleurs, à l’opposé de cela, nous retrouvons une femme musulmane française un peu trop assimilée à cette société laïque. Tenue vestimentaire adaptée aux critères du marché, parfaitement intégrée dans son métier, cette femme musulmane cherche plutôt à se fondre dans la masse, elle rentre parfaitement dans le moule préétabli par la société occidentale dans laquelle elle vit. Ces deux catégories,  nous les connaissons, nous les côtoyons. Mais notre avis reste bien subjectif. Que pensent nos sœurs vivant à l’étranger des femmes musulmanes françaises? Pour avoir des réponses plus claires, quelques sœurs vivant à l’étranger nous ont donné leur avis à travers ces quelques témoignages.

Oum Haroun, 23 ans, Zarzis, Tunisie.

Je considère les femmes converties comme un « miracle » vue l’image que j’ai de la France, très raciste. Je trouve qu’en France, les sœurs ont un islam plus réfléchi, je vois la femme musulmane française sans cesse en train de faire face aux non musulmans, comme une combattante. Elles vivent beaucoup d’épreuves face aux non musulmans, ce qui raffermit leur foi et les pousse vers la recherche de la science et de la religion. Ceci-dit, elles sont beaucoup trop exposées aux « tentations extérieures », elles ne sont pas à l’abri dans ce pays. Par ailleurs, les femmes musulmanes françaises sont aussi vues par les Tunisiennes comme un barrage à leurs coutumes. Le seul point négatif est que la communauté féminine est divisée, il y a trop de divergences, de sectes etc. Je pense que la base de la « aquida » n’est pas solide et c’est ce qui divise. Enfin, pour moi la femme musulmane française est un modèle dans son combat pour instaurer et faire respecter sa religion. Elle sait tenir tête et ne pas flancher, bien que nos seuls exemples soient les Mères des croyants, les femmes du Prophète ‘alayhi salat wa salam

 

Oum Soumaya wa Abdarrahman, Alexandrie, Egypte

En toute honnêteté, je trouve qu’il y a plusieurs catégories de femmes musulmanes en France. On retrouve des sœurs qui s’affichent ouvertement dans les lieux publics, parfumées, maquillées côtoyant le sexe opposé. Ensuite, on retrouve les sœurs dites « neutres » qui ne veulent pas pousser leur pratique à l’extrême, et s’autorisent la mixité. Enfin, la catégorie de sœurs qui sont à la recherche de la science, assidues dans leurs pratiques religieuses.

On retrouve donc des faiblesses dans les deux premières catégories, et les points forts sont retrouvés dans la dernière catégorie. Malheureusement, je ne trouve pas que la communauté musulmane féminine en France soit soudée du fait de toutes ces catégories et de ce fait elle n’est pas vraiment un exemple pour les femmes à l’étranger. La femme musulmane française est trop imprégnée par la société dans laquelle elle vit, entre futilités et matérialisme. Pour ma part, je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’à l’étranger mashaAllah.

Sanaa, 33ans, Verviers, Belgique

La femme musulmane de France est polyvalente, elle peut être à la fois une femme active et être une femme au foyer. Grâce aux réseaux sociaux, j’ai pu apprendre à connaître les femmes musulmanes de France, elles sont soudées et généreuses. J’ai pu me lier d’amitié avec beaucoup d’entre elles. Enfin, je pense qu’elles sont un exemple pour toutes les femmes, elles sont pures, généreuses, pleines d’amour à donner aux autres.

Pour conclure, le bilan est plutôt mitigé. La femme musulmane française est à la fois perçue comme le bouc émissaire de la République mais aussi comme une femme un peu trop émancipée, qui a oublié les limites de sa religion.

D’un côté elle est vue comme une battante, qui chaque jour redouble d’efforts et ne se laisse pas démonter par l’ambiance hostile dans laquelle elle vit. Fière de son voile, de sa religion, ces attaques envers elle la poussent à faire mieux chaque jour et à apprendre davantage.

De l’autre côté, elle est vue comme une femme qui souhaite vivre dans cette société sans être montrée du doigt, craignant d’être amalgamée à « l’autre », elle se dissimule sous un personnage que la France lui impose.

Enfin, du fait de cette diversité au sein de la communauté, celle-ci semble divisée, éparpillée et n’est malheureusement pas soudée. Alors que chacune devrait se soucier du mal être de son frère et sa sœur, c’est l’individualisme et le « chacun pour soi » de cette société occidentale qui ont pris le dessus.

Puisse ALLAH nous guider dans le droit chemin et nous permettre de nous épanouir dans notre parfaite religion qu’est l’islam.

Amine.