Et la chaleur de l’enfer est plus grande encore…

Impression que le soleil brûle au lieu de réchauffer ? Sentiment d’étouffer sous ton voile ? Sensation que les regards moqueurs sont fixés sur toi ? Pointe d’envie face aux habits légers qui semblent tellement agréables à porter ? Oh oui… Shaytan et ses suppôts, maudits soient-ils, susurrent leurs promesses venimeuses et distillent leur verbe empoisonné abondamment durant la saison estivale.

Ô ma sœur, ne laisse pas le ver gâter ton chaste cœur. Ne cherche donc pas à plaire aux créatures mais à satisfaire le Créateur, n’apporte pas une plus grande attention aux diktats de la mode qu’aux commandements divins et prémunis toi face aux paroles enjôleuses qui font fléchir jusqu’aux convictions les plus intimes : A’oudhou bi-Allah mina as-shaytani ar-rajim  (je cherche refuge auprès d’Allah contre Satan le maudit) doit devenir ton leitmotiv.

En aucun cas la difficulté ne doit être une excuse pour abandonner ton voile, ou un prétexte pour retarder son port : patience, persévérance et endurance sont les moteurs de la foi. Si l’adoration et la dévotion étaient simples, la récompense de notre obéissance ne serait pas aussi sublime.

« Croyants ! Soyez constants. Rivalisez de constance ! Soyez fermes et craignez Allah. Ainsi atteindrez-vous la félicité. » [Sourate 3 la famille d´Imran, verset 200]

Lorsque les petits désagréments physiques, que tu imputes au port du hijab dans tes moments de doute, te semblent insurmontables, pense donc à la fournaise de la géhenne, aux flammes déchaînées qui lèchent les chairs à vif et à l’infinie solitude et la sourde angoisse d’un gouffre ténébreux et sans fond. L’obéissance aux Paroles d’Allah Azawajal, la rigueur dans notre pratique, la constance dans un bon comportement, de bonnes intentions suivies de pieuses actions, et la volonté permanente d’être les dignes héritiers de notre Prophète salaLlahu ‘alayhi wa salam doivent guider notre quotidien.

Rappelons également que le voile n’est pas un simple tissu destiné à nous faire « paraitre » chaste, le hijab doit être au contraire le miroir de notre pudeur, et par ailleurs nous avons la responsabilité de « porter » l’image de l’islam : en affichant sa foi de façon visible, on se doit d’être E-X-E-M-P-L-A-I-R-E ! Une sœur voilée qui commet de mauvaises actions choque et marque l’esprit de façon conséquente. Le hijab est ici, dans un pays non-musulman,  le reflet de ce qu’est une femme musulmane : discrétion, modestie, politesse, gentillesse, douceur ou encore honnêteté sont donc quelques unes des qualités à cultiver.

Puisse Allah nous préserver de l’Enfer et faire du Paradis notre éternelle résidence.

Hep ! C’est ici ! Quelques conseils pratiques pour adoucir les petits tracas inhérents à la chaleur.

https://www.imanemagazine.com/lete-envoilee/