Et si on s’aimait ?

Répandre le bonheur autour de soi et remettre l’amour au goût du jour, voilà qui est plus simple qu’on ne l’imagine. L’amour inconditionnel, le respect, la galanterie ou encore l’art du compliment, ne sont pas des choses réservées qu’à quelques (trop) rares sages de ce monde. C’est accessible à tous. Si cela peut-être un gros effort à fournir au commencement, il s’agit au final d’atteindre la paix et l’harmonie tant convoitées.

tasses-roses

Les blessures du passé.

J’aurais manqué d’honnêteté si j’avais écrit un article sur le sujet sans mentionner qu’il m’a été difficile d’emprunter le chemin de l’amour. Tout simplement parce qu’il est crucial de se libérer des blessures émanant de notre inconscient. Une étape nécessaire pour s’éveiller au bonheur. Nos peines, nos douleurs et nos souffrances passées demeurent inscrites au plus profond de nous.

En effet, elles affectent notre humeur et nos états d’âme allant jusqu’  à même créer de nouveaux soucis. Il est impératif d’apprendre à s’en libérer. Et pour ma part, ce fut un chemin particulièrement difficile. Il l’est toujours d’ailleurs. Heureusement, il existe des clés pour y parvenir.

L’amour, en lui-même.

L’amour est l’une d’elles. L’amour est le plus précieux des outils afin de trouver le bonheur et le répandre. Ce sentiment indéfinissable que je ressens pour mon mari et mes enfants m’a aidé à prendre le recul nécessaire pour aider mes blessures du passé à cicatriser.

Les autres.

J’apprends au quotidien, avec encore quelques difficultés, à regarder sans juger et savoir faire preuve d’humilité. Une certaine tolérance est à intégrer dans sa vie afin de se diriger vers la sagesse. Sagesse qui se traduit également dans le fait de ne plus perdre de temps avec des gens qui nous prennent une énergie considérable. A ce niveau, je n’ai absolument plus aucun mal à me séparer d’une personne que je juge néfaste à mon positivisme ou qui entrave mon équilibre quand cette personne ne colle tout simplement pas/plus à mon schéma de vie équilibrée.

Cessons de nous plaindre.

Il faut également intégrer le réflexe de ne plus se plaindre, constamment. On se plaint souvent pour obtenir de l’attention, sans s’en rendre foncièrement compte. Nager dans un océan de négativisme est destructeur et en prendre conscience est déjà un pas de géant ! En revanche, l’appliquer au quotidien est un défi de taille. Cessons de nous plaindre de tout et avançons vers une pensée plus positive en s’efforçant de voir le bon côté des choses.

La prière, la méditation,… Autant de clés à notre portée. Il suffit de choisir celles qui nous sont le plus adaptées.

C’est un apprentissage qui chemine vers une vie plus noble. Un regard sur la vie qui diffère radicalement. On s’en va alors plus volontiers aux compliments, à l’altruisme et au besoin d’être juste quelqu’un de bien.

Jessica BEAUFORT

 

Laisser un commentaire