Dévoiement des fêtes religieuses : éviter le piège

Noël est une période intéressante de rappel. Pour une écrasante majorité de la population à sensibilité chrétienne, cette fête est devenue un moment de surconsommation inimaginable : les enseignes font d’ailleurs plus de la moitié de leur chiffre d’affaires durant le mois de décembre ! Ce n’est souvent  plus qu’une fête commerciale et marketing dont l’esprit religieux a été balayé par le modèle esquissé par Coca-Cola (créateur du Père-Noël dans les années 50).

noel-surconsommation

Imaginons quelques instants les réponses d’une majorité d’enfants de France si on leur pose quelques questions simples :

• C’est quoi Noël ? C’est un gros bonhomme habillé en rouge avec une barbe blanche, qui porte des cadeaux aux enfants sages et des oranges à ceux qui ont été vilains, le tout en passant par la cheminée et en volant de maison en maison sur son traineau attelé de rennes. Et puis c’est là que maman farcit une dinde et que tonton Francis parle de plus en plus fort, chante des refrains paillards, a le nez rouge et a de plus en plus de mal à marcher droit au fur et à mesure que la soirée avance !

• C’est quoi Pâques ? Pâques ce sont des cloches qui volent et qui cachent les chocolats dans les jardins !

• Épiphanie quant à elle a été réduite à des tonnes de galettes des rois, en veux-tu en voilà !

Diantre, certains fervents catholiques doivent s’arracher les cheveux durant ces périodes !

Mais nul besoin de regarder les autres confessions : commençons par balayer devant notre propre porte ! Prenons garde de ne pas faire de nos fêtes de véritables mascarades, car on assiste de plus en plus à ce type de comportements chez les musulmans. Pour ne pas que l’Aid el Adha soit seulement  associée aux multiples préparations culinaires du mouton, ou que l’on ne retienne de l’Aid al Fitr que les petits gâteaux, il est capital de faire des périodes de rappel (pour les enfants ET les adultes). C’est à nous qu’incombe l’éducation religieuse de nos enfants, et il est indispensable d’ancrer dans leurs cœurs de vrais principes et de saines valeurs, fondés sur des exemples de piété, au lieu de laisser des stéréotypes s’insinuer dans leur esprit.

Mais attention à ne pas faire trop de zèle en faisant rimer spiritualité avec austérité. Le principe d’une fête est tout de même de passer des moments agréables, de se réjouir, de se rassembler et de célébrer un événement. Nous avons deux fêtes en islam, qui portent un sens et une histoire magnifiques, alors pourquoi ne pas tout simplement choisir le juste milieu pour que l’amour de l’islam gagne naturellement et profondément nos enfants ?

 Notre religion n’est pas une succession d’interdits et d’obligations, ainsi soyons attentifs à transmettre le message fidèlement mais avec douceur et pédagogie.