Islamophobie : la France, risée du monde

Comme vous, nous avons été atterrées par la quantité d’images islamophobes et d’idées et mots tout aussi nauséabonds qui ont jalonné tristement cet été. Par ce festival aussi absurde que méprisable, la « France des Droits de l’Homme » – qui se gargarisait de son métissage, de son multiculturalisme et de sa tradition de terre d’accueil – est devenue la risée du monde. Point presse international.

Depuis quelques semaines, la presse et les figures publiques internationales raillaient les arrêtés municipaux et la crispation autour du burqini. Une polémique qui suscitait des débats houleux et passionnés autour d’un sujet qui ne devrait pourtant pas être prioritaire dans l’agenda politique français.

Avec l’humiliation publique de plusieurs femmes musulmanes voilées sommées de quitter la plage ou de se déshabiller, verbalisées et quasiment lynchées par la foule pour certaines, le monde a réagi avec force face à ces actes qui rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire.

Une déferlante de hashtag #WtfFrance

https://twitter.com/LeKebabTurc/status/768368255497072640

Les réactions des médias internationaux

 

 

https://twitter.com/Voiceof9jathugs/status/764477581873774594

Intellectuels, politiques, personnalités

Lors d’une conférence de presse, le Premier Ministre canadien Justin Trudeau a défendu la liberté de culte, l’importance de la tolérance et a garanti le droit à porter le burqini.

Des actions devant des ambassades

Beach party devant l’ambassade de France à Londres “Wear What You Want Beach Party”

beach-party-londres

Beach Party devant la Porte de Brandeburg en Allemagne

beach-party-berlin

Même si on salue une initiative citoyenne à Port-Leucate pour dénoncer l’islamophobie ambiante, on ne peut que déplorer que les Français ne conduisent pas plus d’actions de solidarité face aux injustices que subissent leurs concitoyens. Amnesty International a indiqué que « le maintien de l’interdiction du burqini menace les femmes » : le Conseil d’État doit statuer ce vendredi sur la légalité de ces arrêtés anti-burqini. Mais Allah est le Meilleur des Secours.

édit : Vendredi 26/08/2016 le Conseil d’État a suspendu un « arrêt burqini ». L’ordonnance du Conseil d’Etat précise que « l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. » Ce n’est pas évident pour tout le monde à intégrer mais alhamdoulillah le Droit a pu s’appliquer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Send this to a friend