Changement de vie : mes premiers Ramadan

route_ramadanSalam aleikoum wa rahmatullah wa barakatu.

J’ai 26 ans, je suis la maman d’un joyeux bambin de 11 mois maintenant el hamdulillah. Je suis reconvertie depuis mai 2012 el hamdulillah ! J’ai rencontré mon mari alors que j’étais encore au lycée (il y a près de 10 ans). Nos vies s’articulaient autour de notre groupe de musique, nos amis, des fêtes et nos études. Nous nous sommes mariés à la Mairie seulement en juillet 2010 (lui athée, moi perdue, sa famille paternelle catholique et maternelle protestante…) En apparence comblée, je n’ai jamais cessé de chercher les réponses aux questions qui m’obsédaient :  » quel est le but de notre présence sur Terre ? Quel est le sens de la vie ? Quel est le sens de ma vie ? « 

Ma Conversion

Puis Dieu m’a ouvert les yeux et le cœur pour y faire entrer Sa lumière. Les rencontres, les lectures, les témoignages et la réflexion ont naturellement fait que je me suis tournée vers l’Islam, par la grâce d’Allah. J’ai annoncé mon intention de me convertir à mes parents rapidement. Cette décision était tellement importante pour moi que je ne voulais pas les laisser en marge même si je m’attendais au mieux à de la surprise, au pire à du rejet et à de l’incompréhension. Ma maman a plutôt bien reçu la nouvelle, pour mon papa ce fut compliqué et ça le reste encore aujourd’hui. 

Premier Ramadan

Convertie en mai, j’ai vécu mon premier Ramadan quelques mois après. Tout le monde annonçait un été des plus chauds et dans mon entourage j’entendais fuser les  » Oh la la, mais tu vas mourir de chaud ! « , « En plus ce sont les plus longues journées de l’année » ; « Mais tu te sens de faire ça ? ». Mais el hamdulillah j’ai reçu les encouragements d’une collègue de travail, elle aussi convertie depuis une douzaine d’année et j’envisageais ce mois de jeûne avec impatience et confiance en Allah ta’ala.

Comme je vivais avec mon conjoint, dans notre appartement, je n’ai pas rencontré de problèmes techniques par rapport au repas. Pas d’explication à donner à mes parents. Je pouvais rompre mon jeûne comme bon me semblait. Je travaillais en même temps, les journées passaient vite. Ce qui m’a beaucoup pesé en revanche, c’est la solitude. Mon mari a bien essayé de jeûner au début avec moi mais cela s’est rapidement révélé difficile pour lui. Je ne connaissais que très peu de musulmanes et je me souviens avoir eu envie de partager mes impressions, mes joies, mes questions, de partager tout court avec des sœurs. Ce mois de Ramadan est passé à toute allure. Mon souvenir le plus fort reste la grande prière de l’Aid el Fitr. Après ces moments de solitude, voilà que je me retrouvais à prier avec 7 000 autres personnes. J’entends encore le son des voix qui se mêlaient résonner dans ma tête, mach’Allah ! 

 

Entre mon premier Ramadan et mon second, beaucoup de choses ont changé…

J’ai donné naissance à mon fils, un merveilleux bébé très gracieux et affectueux. C’est pendant ma grossesse que mon mari a commencé à s’ouvrir. Il a beaucoup lu sur le développement de l’embryon puis du foetus. Nous avons beaucoup discuté à propos de ma foi, de la place qu’elle prenait dans ma vie, de ce que je souhaitais pour mon bébé à naître en termes de valeurs, de croyance et d’éducation, des différences qui nous séparaient petit à petit.

Ce second Ramadan je l’ai vécu avec beaucoup plus de sérénité. J’étais alors en congés maternité. Tout en prenant soin de mon bébé, j’ai pu lire, prier, cuisiner, me rendre à des halaqa. Pour l’aspect pratique, nous partageons les tâches domestiques avec mon mari. Il s’occupe beaucoup de notre enfant également. Lorsque j’étais seule et que je voulais vaquer à mes occupations, je portais mon fils en écharpe pour avoir les mains et les bras libres et je me sentais toute tranquille en ayant bébé près de moi.

Mon mari s’est converti sur la toute fin du Ramadan de l’année dernière el hamdulillah après avoir fait son cheminement à lui. Il est très discret  et il progresse à son rythme dans l’apprentissage de la religion. Quel bonheur de cheminer ensemble ! Quant à moi, j’ai décidé de porter le hijab presque au même moment. Lorsque l’on marche côte à côte dans la rue, les gens s’étonnent de nous voir ensemble : lui grand, blond, d’allure sportive, moi métisse et voilée. J’ai le souvenir de deux jeunes d’origine maghrébine dans un magasin qui se demandaient si nous étions vraiment mariés. La famille de mon époux a plutôt bien pris la nouvelle de sa conversion. Ils constatent quand nous les voyons que nous sommes plus heureux et plus forts que jamais. 

Quand les gens ne connaissent pas mon mari, ils pensent que je me suis convertie pour lui. Ceux qui nous connaissent tous les deux, pensent qu’il s’est converti pour moi. S’ils savaient ! 

Nous nous apprêtons à vivre notre premier Ramadan en couple insh´Allah. J’ai hâte de partager ces moments avec lui. J’espère qu’ils nous rapprocheront et feront grandir notre foi.  

Qu’Allah nous accorde à tous un mois de jeûne agréé de Lui, qu’Il accepte nos bonnes actions et nous fasse Miséricorde et nous permette de nous rapprocher de Lui. Amine. 

 

Mélissa-Souad