La polygamie en islam

« Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins,… Il vous est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de ne pas être justes avec celles-ci, alors une seule, ou des esclaves que vous possédez. Cela, afin de ne pas faire d’injustice »

(sourate An-Nissa, verset 3)

La polygamie en islam

Souvent décriée, parfois combattue, principalement incomprise la polygamie fait couler beaucoup d’encre.

L’islam autorise la polygamie et l’arbitre. Elle n’y est pas un « commandement » divin, mais un droit de l’homme. Elle est d’une grande sagesse pour celui qui en saisit  la portée, et reste une aberration pour celui qui n’en comprend pas le sens.

Beaucoup la refusent en se cachant derrière le fait que, souvent, « le polygame n’est pas un exemple en matière de comportement » (délaissement de la première épouse, aucun respect de l’équité requise etc…). Mais nous aventurerions à nier le fait de prier sous prétexte que certains prieurs n’ont pas « le bon comportement » ? Certainement pas.

Aussi en islam, loin d’être le vecteur d’un « fantasme masculin »,  la polygamie doit être abordée et comprise à la lumière du modèle prophétique, pour en saisir toute la raison d’être.

En effet, lorsque l’on se penche sur la vie du bien-aimé salaLlahou ‘alayhi wa salam, on réalise vite qu’il n’a JAMAIS pratiqué la polygamie pour le seul plaisir charnel.

La polygamie combine un rôle social, un rôle affectif et un rôle réformateur ; elle permet notamment de combattre de graves réalités visibles dans nos sociétés comme la prostitution, le viol, l’adultère, les enfants illégitimes, le célibat féminin, les mères isolées, la pauvreté et tout ce que cela peut engendrer comme malaises personnels (maladies, dépressions, suicides etc…). Elle permet également de dompter l’égo, de gagner en humilité et en obéissance à Celui qui l’a légiférée.

Il y a dans la polygamie une garantie sociale pour bon nombre de femmes, ainsi qu’une grand source de sérénité…à condition qu’elle soit appliquée et vécue dans les règles de notre noble religion, et que les co-épouses y aient le statut et les droits qui leur reviennent. Pour qui sortira de ce cadre, elle sera alors source de tourments.

L’auteur du témoignage ci-dessous ne vit pas en France. D’ailleurs nous rappelons que la Loi Française interdit strictement la pratique de la polygamie sur son territoire.

Une sœur a accepté de nous parler de la polygamie de son conjoint ; découvrons son témoignage :

Salam aleikoum wa rahmatuLlahi

J’ai 23ans et je suis mariée depuis 9ans. Depuis 4ans mon mari a décidé de prendre une seconde épouse.

A vrai dire, j’avais entendu parler d’une sœur qui avait été mise à la rue par ses parents juifs-Israéliens et qui était hébergée chez ses grands parents du fait de sa conversion à l’islam. J’en avais alors parlé à mon mari en lui disant qu’il  fallait l’aider,  mais pour moi, cela voulait plus dire « donner de l’argent » que de la prendre en seconde femme.

Mon mari émit donc l’idée d’en faire ma co-épouse, ce que j’acceptais un peu à contre-cœur. Après un première rencontre, ils se sont mariés. J’ai beaucoup souffert les premiers jours, je ne le cache pas. J’en voulais à mon mari, je ne voulais plus lui parler. Quelques jours plus tard, sans me prévenir, il me fit rencontrer sa seconde épouse en la conviant chez « nous ». Nous avons échangé quelques paroles, elle essayait d’engager la conversation mais je ne pouvais pas garder mon calme… alors je me suis emportée en lui criant « Tu as déjà entendu parler du Tawhid toi ? me moquant un peu de son jeune âge ; je l’ai méprisée jusqu’a ce qu’elle me réponde « Oui al hamduliLlah,  je finis d’apprendre sourate al imran et al baqarah et ensuite j’aurai terminé d’apprendre le coran par cœur » avec un large sourire.

Je me suis sentie alors ridicule et nous avons longuement parlé. Je lui ai proposé de revenir le lendemain chez moi et puis au bout de 3 jours j’ai demandé a mon mari qu’il l’a fasse venir à la maison, tous sous le même toit, ce qu’il fût.

Depuis nous habitons toujours ensemble mon mari, moi, ma co-épouse, mes 2 enfants et son bébé de 2mois. Pendant ces 4 années que j’ai vécues avec elle, si je fais le point,  je ne vois aucune faute et aucune dispute. Nous n’avons jamais eu de problème al hamduliLlah. Très loin de l’ambiance de froide que « l’on imagine» nous avons toujours des activités ensemble et nous ne nous « lâchons pas ». Nous sommes très

organisées concernant le foyer, c’est vraiment un bien pour moi. Ma co-épouse m’a énormément aidée à élever ma fille dans les règles de la religion, pour les tâches ménagères, et il lui arrive même souvent de se lever la nuit pour mon fils de 5mois. Je pense que si cela se passe aussi bien c’est seulement grâce à Allah car j’ai placé ma confiance en Lui et Il a fait que mon mari soit motivé par une bonne intention. Il maitrise extrêmement bien son rôle : très discret, il fait toujours en sorte qu’aucune ne se sente mal.

Nous avons des programmes dans notre famille pour l’apprentissage du Coran en arabe ET en français, chaque jour nous devons apprendre 11 versets alors tout les soirs nous révisons en famille ce qu’on devait apprendre la journée. Sincèrement ma co-épouse est très motivante et on s’aide énormément, elle

m’est extrêmement profitable.  Aujourd’hui elle est devenue une grande amie et je l’aime énormément. Je ne vois aucun point négatif au sujet de la polygamie. Par contre sur notre cas précis, et je tiens à préciser que le mari n’a pas le droit de réunir ses deux épouses sous le même toit donc cela est un cas particulier.

Les gens parlent souvent méchamment de la polygamie, la font passer pour  « une souffrance » alors qu’il n’en est rien. J’aimerais dire haut et fort que je n’en souffre pas, mais que ce dont je souffre, ce sont des commentaires que l’on peut entendre sur ce sujet, venant presque toujours de personnes qui n’ont JAMAIS vécu la polygamie et qui ne comprennent pas son sens. En somme, je suis très heureuse et je remercie Allah d’en avoir fait un bienfait pour moi.