L’épreuve de la stérilité masculine

Le désir d’enfant chez la femme est profondément ancré en elle. Biologiquement, elle est le réceptacle naturel de la vie. Ainsi, mariée et épanouie, l’épouse sent naitre le besoin de devenir maman. Les mois passent, puis les années sans aboutir à la grossesse tant désirée quand le verdict médical tombe tel un couperet sur vos espoirs : l’homme de votre vie est stérile.

Retrouvez à ce sujet le témoignage d’une lectrice ici.

Quelques conseils :

Tout d’abord, il est important de garder confiance en Allah, de ne jamais désespérer de Sa Miséricorde et de persévérer dans vos invocations. Combien de miracles se produisent, contredisant les allégations scientifiques ? Rappelons-nous de l’histoire de Zacharya, sur lui le salut, à travers ces versets : « Et [Zacharie dit]: «Ô mon Seigneur, comment aurai-je un fils, quand ma femme est stérile et que je suis très avancé en vieillesse?»   [Allah] lui dit: «Ainsi sera-t-il! Ton Seigneur a dit: «Ceci m’est facile. Et avant cela, Je t’ai créé alors que tu n’étais rien». » [Sourate Marie, versets 8 et 9]

Dans un second temps vous pourrez tenter, dans la limite de ce qui est autorisé (s’en référer aux autorités religieuses), d’avoir recours à un traitement  médical. Quelques éléments de réponse disponibles sur ce lien.

Enfin, passé le premier choc provoqué par l’épreuve, il est important de se relever et de transformer la fatalité en opportunité. Cette infertilité ne doit pas peser uniquement sur votre mari, c’est un problème à surmonter à deux. Votre couple doit faire bloc et votre foi doit empêcher d’entamer les fondations de votre foyer. Le propre d’un mariage, c’est une volonté commune de construire, de créer quelque chose d’unique à partir de vos deux personnes. Si cet aboutissement n’est pas le fruit de vos entrailles, qu’est-ce qui vous empêche d’avoir un autre but commun? Votre souffrance initiale peut être le terreau d’un bonheur partagé et d’un acte de véritable compassion. Combien d’enfants, d’êtres innocents et fragiles, sont seuls, pauvres et attendent seulement des bras sécurisants et aimants pour avoir eux aussi leur chance? Certains ont la capacité physiologique de procréer, mais sont incapables d’aimer, de protéger, d’élever un enfant. S’occuper d’un orphelin est un moyen généreux de se rapprocher d’Allah. Notre Prophète salaLlahu ‘alayhi wa salam  a dit : »Au paradis, le tuteur de l’orphelin et moi-même seront comme ces deux doigts »; il fit alors un « V » avec l’index et le majeur et les écarta. [Boukhâri]. Vous avez peut-être été éprouvés par Allah car vous êtes assez bons et magnanimes pour prendre soin d’une créature d’Allah, sans condition de parenté. Vous ne serez ainsi pas liés par le sang, mais par votre condition d’humain et par Celui qui nous a tous créés.

« Nous vous éprouverons certes afin de distinguer ceux d’entre vous qui luttent [pour la cause d’Allah] et qui endurent, et afin d’éprouver [faire apparaître] vos nouvelles. » [Sourate Muhammad, verset 31]

  • reply oumwalid ,

    Barrakallahoufik pour cet article qui est très « tendance » en ce moment.

    • reply Imane ,

      j’aime bien …Baraka Laho fik 🙂

      Laisser un commentaire

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Send this to a friend