Quatre députées voilées au Parlement turc !

Pour la première fois depuis 14 ans des élues de la République se sont rendues au Parlement turc voilées !

hijab-turquie-parlement

C’était en 1999 la dernière fois qu’une femme politique turque avait « osé » braver la « chasse au foulard » pour exercer ses fonctions d’élue au Parlement turc. Conspuée et forcée de quitter la salle par des députés au comble de la rage, Merve Kavakci avait subi les foudres du premier ministre du moment, Bülent Ecevit, qui alla jusqu’à déclarer « Ce n’est pas l’endroit pour défier l’État. Informez cette femme qu’il y a des limites ».

Les tensions sont toujours vives autour de la question du hijab mais l’actuel gouvernement de l’AKP est bien décidé à permettre aux femmes voilées de se réapproprier l’espace public et à pouvoir s’instruire et travailler en ayant la liberté d’exercer une activité tout en respectant leurs principes. Après la réouverture des universités aux étudiantes voilées et la permission faite aux fonctionnaires de porter le hijab, un autre signe fort a été envoyé ce jeudi 31 octobre vers les partisans d’un laïcisme totalitaire avec l’entrée de 4 élues voilées lors d’une séance au Parlement.

Ayant accompli dernièrement le Hajj, duquel elles sont certainement revenues marquées par une profonde spiritualité, elles ont depuis décidé de porter le hijab. Gönül Bekin Sahkulubey a déclaré « J’attends que tout le monde respecte ma décision. Le voile est une question entre le fidèle et son Dieu » (source Info Turk).

Une autre de ces femmes, Nurcan Dalbudak, consciente de l’impact de cette décision, a courageusement indiqué : « « Nous ignorons quelle sera la réaction,mais nous allons entrer au Parlement avec notre voile islamique et continuerons notre travail. Nous allons assister au début d’une ère importante, et nous jouerons un rôle moteur, nous serons des porte-drapeaux, c’est très important ».

Tout s’est déroulé sans heurt alhamdoulillah, ce qui témoigne nous l’espérons de l’évolution des mentalités dans les plus hautes sphères turques.

Source Le Monde